Paris - Vintage

Pin-Up délicieusement provocantes!

Monique Cabré - 
Sexy, délurées, légères, la publicité s’est emparée de ces demoiselles à partir des années 50. Coup d’œil dans le rétro sexy !

En tôle lithographiée, sous forme de calendriers, de cartes à jouer, de photos, d’affiches de cinéma et de music-hall… les pin-up se déclinent sur toutes sortes de supports, mais envahissent tout d’abord les cabines des camions, les bureaux des garages et les petits bistrots, avant de disparaître dans les années 80.

« La fille à épingler»

Le terme « pin-up » qui peut se traduire par « la fille à épingler » apparaît pour la première fois en 1942. L’actrice Betty Grabble tourne « Pin-up girl » et  fait la une du magazine Movie Story. Cette photo sera punaisée dans les dortoirs des soldats américains jusqu’à la fin de la guerre. Le terme de pin-up sera désormais généralisé à ce type d’image. Ces jolies demoiselles à peine dénudées mais provocantes, vont embellir calendriers, catalogues publicitaires, magazines de charme et seront même peintes sur les carlingues des avions des héros américains!

Partie des USA, la jeune fille sexe symbole, en nuisette, bikini, short moulant… déguisée en cow-boy, groom, parachutiste… est présente sur les produits manufacturés en Chine dans les années 40, pour des cigarettes, produits de beauté, bière… Elle est déclinée en cartes postales en Afrique du Nord et au Japon, posant dans le décor local. Elle fait vendre de tout !

« Les routiers sont sympas ! »

En 1951, la société Veedol publie le fameux calendrier illustré de pin-up patineuses. A l’origine, elles sont apparues pour la première fois en 1935 sur des présentoirs métalliques, affichant le slogan « le démarrage au quart de tour » ! Le succès est immédiat et donne lieu à toute une production de tôles lithographiées, de calendriers, puis d’autocollants. Mascotte des routiers, la pin-up est fixée sur la calandre. D’autres marques s’emparent du phénomène. Les apéritifs Berger  font appel à des dessinateurs de renom comme Brénot ou Ducatel et plus tard, Aslan, Doris, Vargas… pour lancer leur Miss, déclinée en 4 modèles différents. Ces pin-up s’affichent un peu partout, sur des plaques émaillées mais également sur des soucoupes de bistrot.

Les années 60 ne démentent pas cet enthousiasme, bien au contraire. De nombreuses sociétés automobiles et de transport lancent leur propre pin-up : un petit air de Brigitte Bardot pour les Pneus Continental, les sirènes des Pneus Dunlop, Michelin, mais aussi les huiles Cofran, Weltoil, Igol, les filtres à air Fram dont le modèle en bikini est particulièrement aguichant, … et les amusantes et moins sexy pin-up Esso dans les années 60.

Avec le temps, elles conservent leur air prude qui font leur charme et s’affichent toujours comme de superbes créatures qui font rêver. En 1970 puis 1975, Veedol leur redonne un petit coup de modernité, imité par les entrepôts Garonor, les huiles Cofran et l’Esso Stop Marseille, sous le crayon du talentueux Aslan.

Les années 70 jusqu’au début des années 80, marquent un tournant dans l’histoire de ces pin-up. Evolution des mœurs oblige, ses beautés un peu niaises des années 50, se font érotiques et hyperréalistes sous le crayon de dessinateurs  dont Aslan est le plus connu.

Peu à peu elles tombent en désuétude

A part ces créations destinées à des entreprises, il faut rappeler la pin-up que fit dessiner par Aslan, Max Ménier, le célèbre animateur de radio des années 80. Elle portait tout simplement la mention « La route ». Egalement la pin-up du chanteur Christophe vers 1985 pour la sortie de son disque « Chiqué-chiqué ». Dessinée par Loris, elle a été tirée à 500 exemplaires mais 200 seulement ont été distribués. La pin-up apparaît sur le vinyle, accompagnée du titre de l’album, du nom de la maison de disques et de la signature du chanteur. Ce faible tirage explique la valeur de cette pièce de collection.

Peu à peu elles tombent en désuétude, se font presque « ringardes », remplacées par des bandes autocollantes et des calendriers aux photos plus osées.

Amateurs et collectionneurs n’en restent pas moins sous le charme, toujours à la recherche d’un nouveau modèle résolument rétro, mais ô combien érotique!

Où les trouver ?

Lisez les petites annonces des magazines spécialisés en objets de colllection et de brocante, fréquentez les vide-greniers, les bourses d’échanges automobiles et publicitaires, d’importantes manifestations comme Rétro-Lyon en décembre ou Rétromobile à Paris en février. Sans oublier de tenter sa chance auprès des garagistes et cafetiers des petits villages de campagne qui parfois n’accordent pas de valeur particulière à ce type d’objet.

Budget : abordable !

Programmes de spectacles de music-hall, entre 15 € et 25 € ; pochettes de disques aux environs de 10 € ; calendriers entre 10 € et 100 €… Avec des exceptions pour les calendriers Ferrari, la pin-up des lubrifiants Cofran signée Aslan, la Cofran Motor Oil ou la Bardahl signées A. Brenot, les premières Veedol des années 50 et plus rares, les modèles Garonor des années 70 et Weltoil Speciale. Les affiches des années 50, signées, peuvent atteindre 500 €, voire davantage.

 Les bonnes adresses MicMag

. Annie Vincent – Normandie Philatélie (cartes postales anciennes). 06 74 66 33 47

. A. Gomet – Cinéma « Collector »(grand spécialiste des collections sur le cinéma). 06 08 58 37 03

. Les larmes d’Eros, P. Jacquet (documents anciens, littérature érotique). 06 11 49 52 27

. Le Bon Bougre, P. Grosjean (toutes sortes de documents érotiques). 06 20 37 86 40

. La Galcante (vieux papiers). 01 44 77 87 44

. Galerie Graglia (affiches anciennes). 03 80 22 23 50

 © photos Philippe Accarias (pour le Salon du Vieux Papier, Joël Garcia Organisation)

1
2
3
4
5
6
7
8
9

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."