- Vintage

Cartes postales, timbres, pins... sur les traces du Père Noël

Marie Torres - 
Cartes postales, cartes téléphoniques, timbres, capsules, pin's… Impossible de dire que vous ne l’avez jamais rencontré ! Le Père Noël existe bien et pas seulement pour le bonheur des enfants, mais aussi pour celui des collectionneurs. La preuve.

Si on se réfère à l’histoire, l’histoire populaire et non l’histoire avec un grand « H », si on se réfère donc à la « petite histoire », un bonhomme jovial à la barbe blanche, vêtu d’un habit rouge bordé de fourrure blanche, descendrait du ciel sur un traîneau tiré par des rennes, chaque 24 décembre. Avec, sur le dos, une hotte remplie de cadeaux qu’il déposerait dans nos foyers. Et ce depuis bien longtemps. Très longtemps, même. Certains historiens – avec un petit « h » -, situent sa naissance vers 270 à Patara en Turquie. À cette époque, il s’appelait Nicolas. Au fil du temps, et selon les pays, il est devenu Baba Noël, Père Janvier, Bonhomme Hiver, Saint Nicolas ou Santa Claus pour prendre, en France, au début du XXe siècle, son nom actuel : Père Noël.

Dans les années 30, Coca Cola en fait son ambassadeur

Alors, le Père Noël existe-t-il ? Certainement puisqu’on le rencontre un peu partout ! Et pas seulement dans les grands magasins ou les centres commerciaux. Dès la fin du XIXe siècle, il s’impose sur les images publicitaires  notamment pour les chocolats Payraud ou Louit puis sur les cartes postales et les timbres.

Dans les années 30, Coca Cola en fait même son ambassadeur avec le slogan « Dans sa longue livraison, le Père Noël doit avoir soif… alors quoi de mieux qu’un Coca Cola ? » Et la firme utilise son image sans modération : bouteilles – puis canettes -, verres, affiches, cartes, globes, boîtes…

Combien ça coûte ?

Aujourd’hui, pour le plus grand bonheur des collectionneurs, on retrouve la silhouette et le sourire du bonhomme en rouge et blanc sur de nombreux objets : pin’s, cartes téléphoniques, étiquettes de fromage, capsules de champagne, boules de neige… Combien ça coûte ? Vous trouverez, sur des brocantes ou sur un site marchand, des pin’s et des capsules de champagne à partir de 1,50 €; pour une carte postale ancienne ou une carte téléphonique, comptez au moins 5 €, pour des images publicitaires de la fin du XIXe siècle, prévoyez 10 € en moyenne. Sachez aussi qu’il existe de très beaux chromos, de la fin du XIXe siècle. Là, il vous en coutera entre 100 et 200 €.

Dans la gamme Coca Cola, vous trouverez des verres  entre 2,50 € et 20,00 €, des bouteilles et des canettes à partir de 5 €, des boîtes à partir de 15 € ou encore des globes à 100 €, voire plus. Il existe aussi de très belles affiches et des autocollants à 5 € et même des boules pour votre sapin à 2 €…

Et, n’oubliez pas, nous sommes le 24 décembre… Avec un peu de patience, cette nuit, vous réaliserez peut-être le cliché…. du vrai Père Noël ! Et celui-là, n’aura pas de prix ! Joyeux Noël !

Marie Torres pour www.micmag.net


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 2 mars 2019, l'artiste du street art, Bordalo II, expose ses sculptures géantes dans un espace brut de 700 m, dans le 13e arrondissement de Paris, pour dénoncer les ravages de notre société de consommation sur la nature. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.
 
Brésil

Plus de 4000 professionnels du livre ont signé une pétition en ligne, pour soutenir la candidature de Fernando Haddad (Parti des travailleurs) à la présidence et alerter sur les dérives de son opposant Jair Bolsonaro.