08-02-2011 11:11:44

Hors-circuit

Confessions d'un Brésilien à Paris
Par Pedro de Lita


alt

J’habite à Paris depuis trois ans et je dois confesser que, dans "la ville qui respire la culture", ma programmation culturelle se limite à des visites sporadiques au Centre Pompidou et à d’autres plus régulières dans les différents cinémas du réseau MK2. Au début, c’était une sorte de cours de français. Je ne choisissais même pas le film, l’important était d’être dans la salle obscure à écouter cette langue alors étrangère.

Même sans visiter les musées, parce qu’il y a toujours des files d’attentes de plusieurs kilomètres, je suis attentif aux activités culturelles hors-circuit de la ville. Quand j’ai vu que Jean-Michel Basquiat allait être exposé au Musée d’Art Moderne, j’ai décidé d’y aller avec mon amie Adriana Penna, personnage important du monde du disque au Brésil.

J’ai connu Adriana dans les années 90, quand elle était Responsable marketing de Sony Music. Nous nous sommes rencon- trés dans une maison de campagne de la Baixada Fluminense (RJ), dans laquelle le groupe Cidade Negra tournait alors un clip vidéo, pour lequel j’ai d’ailleurs réalisé le making off. J’avais apporté une caméra Hi-8 pour filmer de quoi remplir mes archives personnelles et j’ai fini par être promu Assistant général du matériel de tournage. Plus tard, j’ai négocié avec elle les images pour Sony et MTV Brésil. Je me souviens être sorti de l’entretien avec la moitié de ma paie en disque. Plutôt inhabituel comme rencontre. Depuis nous sommes amis.

A la porte du musée, nous avons attendu les deux heures habituelles, mais, pour voir les œuvres de Basquiat et Larry Clark, cela a vraiment valu le coup. Durant sa courte carrière, Basquiat a atteint des sommets. Des sommets bien hauts pour un enfant de Brooklyn, fils d’immigrants qui avait commencé comme graffeur dans les rues de son quartier.

Il signait toujours ses graffitis "SAMO" ou "SAMO shit", ce qui veut dire "toujours la même merde". On peut affirmer que Basquiat a bouleversé le circuit des arts de New York et ensuite du reste du monde, envahissant les galeries avec sa formation de rue et ses influences africaines. Et comme si ce n’était pas suffisant, il s’était même lancé dans le monde de la musique. A la fin des années 70, il avait créé le groupe Gray, avec lequel il a joué dans de nombreux clubs de renom de la Grosse Pomme.


 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net