21-03-2011 15:20:46

Le dessin dépasse ses limites !

Depuis ces dernières années nous assistons à un renouveau d'intérêt pour le dessin. Il a occupé de plus en plus d'espace dans les expos et les parutions des éditions d'art. Un salon du dessin contemporain a même été crée en mars à Paris,
Par Patrick Dispérier (Corbères-Les-Cabanes)


Si son importance n'a jamais été négligée dans l'histoire de l'art, il était restéune discipline subalterne par rapport à la peinture. Il a rarement bénéficié del'attention dont il jouit aujourd'hui auprès des artistes et auprès du public.Le dessin ne se limite plus au croquis ou à l'étude préparatoire, ni au crayonet au papier. Le dessin dépasse ses limites jusqu'ici connues et se définit comme un procédé à part entière s'ouvrant sur une multitude de champs possibles, s'émancipant, il devient une discipline autonome. Structuré comme la pensée et utilisant peu de moyens le dessin est le procédé le plus efficace, le plus simple et le plus direct pour faire voir des idées et dresser des perspectives nouvelles, il est une pratique vivante, dynamique, à portée universelle. Pour Gilles Olry le dessin est avant tout une pratique quasi quotidienne, une pratique parallèle à sa peinture, support à penser, à rêver, à noter, le dessin peut être griffonnage, gribouillage ou prendre des formes plus élaborées ou délicates, mais il est surtout expérimental, il est le lieu d'une expérience intime, immédiate et subjective de la vie. Ses sujets sont issus de réminiscences, de zapping mental, de faits réels ou fictionnels, ils sont le quotidien nourri de l'actualité et de la mémoire. L'imagerie des cultures populaires comme la bande dessinée, le cinéma, les séries b, les polars, la pop musique, côtoie la littérature, les mythologies, les contes, l'art du passé (les tableaux de Jérôme Bosch, les gravures de Goya,les travaux de Max Ernst, les délires dadaïstes). Parfois articulés en montages, sortes de grands collages, les dessins de Gilles Olry mettent en oeuvre des compositions complexes sous forme de télescopages, de glissements, de déformations des éléments de notre culture. Le fond blanc du papier agit comme un écran révélateur, il devient espace où viennent s'inscrire les idées, signes, mots, donnant forme à nos peurs comme à nos désirs. Les émotions se superposent, l'interprétation se fait incertaine, fuyante, laissant en plan notre besoin constant de signification. La sexualité, la provocation, l'humour souvent présents se teintent de cynisme et des décalages apparaissent comme dans la vie onirique. Sous un trait incisif et acerbe, contractions, associations et déplacements créent des événements visuels et plastiques où le désordre fait sens pour mieux décrire un monde multiculturel schizophrène et inquiétant. Pour Gilles Olry le dessin est libérateur, il permet la rébellion et l'évasion, il est une expression néo-romantique trouvant sa force dans l'authenticité et la subjectivité, il est la libération de l'émotion et de l'intuition : «... mes dessins m'accompagnent, ils se font, ils se défont, je les nourris, je m'en nourris, je les prends , les délaisse, les reprends, ils sont toujours inachevés, imparfaits, ils ne nous disent rien, ils s'accumulent, dialoguent, se contredisent, ils sont objets autant que signes, ce sont des expériences, ce sont des dispositifs faits de corps, d'espaces et de temps singuliers, ils sont là tout simplement dans leur fragilité et leur légèreté... »

Photos : Une oeuvre de l'artiste Gilles Olry "Partie de campagne". Des toiles régulièrement exposées à Bordeaux. Pour finir une oeuvre primée au salon du Chic dessin à Paris de Mohamed Lekleti.



1
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net