13-05-2011 14:11:10

"Un jour, j'assisterai à un concert de Salif !"

Salif Keita en marge du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou, mars 2011. Le grand Salif danse avec une petite albinos. Il est parvenu au cours des ans à les faire accepter en Afrique. Pourtant, ils restent victimes de croyances dans de nombreux pays... Par Cyrille Le Déaut (Lomé, Togo).

salif danse avec une petite albinos, Ph. Cyrille Le Déaut, tous droits réservés.

Bien sûr, ça n'était pas à Bamako ou Mopti... mais à Ouagadougou, c'est déjà pas mal... on m'avait dit, tu verras, les Burkinabés sont des gens exceptionnels. De fait, ils ont la gentillesse quasi proverbiale et l'humour chevillé au bas-ventre...

Plus jeune, je m'étais dit : un jour, j'assisterai à un concert de Salif. Un genre de promesse en l'air qu'on jette en bouteille à la mère mémoire pour l'oublier aussitôt. Ne m'étais-je pas promis de rencontrer un jour Hugo Pratt ? Sa mort m'a cueilli à froid sur un quai de gare, à Limoges, il y a déjà une petite éternité, à ce qu'il me semble.

Alors voir Salif en Afrique, en marge du FESPACO et à quelques encablures de la terre de ses ancêtres, c'était tout bonnement impensable.

Mais la magie s'est faite... et depuis, tout est plus calme, plus doux, plus zen...

Pourtant, dans la salle, l'ambiance était survoltée. La place à moins de 5 000 FCFA (7,50 €), ça reste encore accessible, même pour les Burkinabés modestes. Et puis quand on vénère, on ne compte pas...

Quand le maestro est rentré sur scène et a entamé Yamoré... Je t'aime... menebêff fie... I am loving you..., le brouhaha est devenu hourivari... De jeunes policiers à la saharienne impeccable - chargés normalement du maintien de l'ordre - guinchaient fleurette avec des fesses en boubou callipyges. Une petite attaché de presse très XIe arrondissement de Pantruche se laissait séduire par un grand escogriffe en costume de rasta... et puis derrière, entre le rhum banane et les tarpés, une bande de citoyens du monde tentaient de le refaire à leur image...

Et puis soudain, quand deux spectateurs burkinabés ont poussé leur fille sur scène... si petite et si blanche dans sa robe rouge carmin... la joie est devenue magie. Le grand, l'immense Salif a entonné quelques pas de danses avec la minuscule petite fille, les flash ont crépité, les applaudissements redoublé. Les parents, visiblement ravis qu'une si petite fille puisse faire l'objet de tant d'attention. La fierté noire mais en blanc... un drôle de paradoxe. Un éloge de la diversité et de la tolérance...

En Afrique de l'Ouest, ici, un homme par son talent est parvenu à vaincre des montagnes d'ignorance et à rendre beau tout ce qui est différent. Africa is beautiful aurait pu être le fil conducteur de la soirée... Qu'il soit Noir ou Blanc... Après tout, toutes ces sornettes ne sont qu'une histoire de mélanine...

Le spectacle terminé... on a récupéré toutes les sueurs perdues et puis on s'est évanoui dans la nuit caniculaire.... Avant de regagner la voiture avec ma vénus ébène, une petite amertume est venue se coincer dans ma gorge... je me suis souvenu qu'en Afrique de l'Est et en Afrique Centrale, l'an passé, des centaines d'albinos avaient été assassinés, des partis de leur corps coupés, disséqués, démembrés... avec toute la barbarie requise... à cause de prétendues croyances... par bêtise et ignorance...

Alors, je me suis demandé s'il n'était pas urgent que Salif programme quelques concerts au Congo, en Ouganda, en Tanzanie ou au Kenya...

Photo © Cyrille Le Déaut

 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net