De toutes les matières, c’est la fécale qu’ils préfèrent

nicole Esterolle (Lyon) - 1 avril 2015
La mode et le vrai chic contemporain est au dépressif, au gore, au trash, au tubard, au psychotique accumulateur compulsionnel de montagnes de saloperies, à l’aménorrhéique, à l’anorexique.

La poubelle de luxe.

Il suffit de feuilleter le récent numéro du supplément dominical très branchouillasse du journal Le Monde, pour constater que la mode et le vrai chic contemporain est au total merdique. Mais il est vrai que chez les addicts et les vrais amateurs d’art contemporain, c’est bien connu, on préfère le tas de terre, le parpaing, la serviette usagée, la crotte de nez, le bout de bois et le morceau de roche informes aux œuvres sculptées qui pourraient en être issues par un long travail de taille ou de modelage.

On préfère le tablier taché du peintre, le mur où il essuie ses pinceaux, ou la bouillasse de sa palette, à sa peinture elle-même…on préfère tout ça parce que l’on est de fins connaisseurs, de subtils professionnels capables de détecter où se situent exactement la qualité graphique et la dimension véritablement plastique autant qu’eschatologique des choses relevant des arts visuels…

Et c’est ainsi qu’un jour, tel fin limier préposé à l’art contemporain de quelque FRAC ou DRAC du fin fond de l’Aveyron est tombé, au cours de la visite d’un atelier de sérigraphie dont il n’avait, bien sûr, rien à secouer, en émerveillement extatique devant ce qu’on appelle dans le jargon des imprimeurs "les papiers crash test" appelés aussi "feuilles de passes", qui servent aux essais d’impression sérigraphique et qui sont jetés chaque jour à la poubelle par dizaine.


L'art institutionnel aime la salissure, le torche-cul


"Euréka !", se dit alors ledit préposé tout émoustillé, "avec ces saloperies, je tiens là mon sujet, mon process discursif, mon concept ravageur, ma subversion interpellatoire, ma magistrale déconstruction, ma divine transgression, etc." Et de mettre en branle immédiatement la pompe à subventions et tout le tintouin lamazou institutionnel DRAC et Cie local pour la mise en œuvre de cette exposition intitulée Papier Crash Test constituée donc de macules sérigraphiques ramassées dans les poubelles de 21 ateliers de sérigraphie en France et en Europe. 

Exposition destinée à être accueillie par sept lieux distincts en Aveyronnais : La galerie Sainte-Catherine M. de Rodez, le musée Raymond Lafage (Lisle-sur-Tarn), l’espace culturel Le Galetas (Salvagnac), les bibliothèques intercommunales du Rabastinois (Rabastens, Giroussens), la boutique Ex-Vinylo, la boutique Le Grand Magasin et le café associatif Ô Keskonfé (Rabastens). Ça rabaste dur à Rabastens et aux alentours rabastinois!

fécalement votre
Il est donc ainsi prouvé, Mesdames et Messieurs, que ce qui intéresse les agents de l’art institutionnel impliqués dans cette opération, ce n’est pas le propos, le sens, la raison d’être interne, la qualité plastique de l’œuvre des artistes concernés, etc., non, ce qui les intéresse, c’est le contraire de cela, c’est le ratage, la bavure, la salissure, l’inepte, l’informe, le trash, le torche-cul, le tubard, la glaire, le rejet caca-boudin.

Et le fait que ces gens entreprennent de valoriser ce que les artistes rejettent à la corbeille, prouve bien qu’ils sont étrangers  à l’art, qu’ils n’aiment pas les artistes, et qu’ils mettraient bien ces derniers à la poubelle pour mieux se valoriser eux, inéluctablement voués pourtant à la chasse d’eau de l’histoire de l’art….

D’où la puissance métaphorique de la fameuse machine Cloaca de Wim Delvoye, qui fabrique de la merde directement à partir d’un plat de chez Bocuse, sans avoir le plaisir de le manger…"De toutes les matières, c’est la fécale que je préfère", disent en cœur les vrais connoisseurs spécialistes en art contemporain du Ministère et de ses abords.

La Jetée, bar du cinéma Les Variétés à Marseille, accueille l'exposition de macules sérigraphiques intitulée Papier Crash Test du 16 au 21 mars 2015.

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Eté 1967, les Procol Harum sortent le "slow qui tue", "A Whiter Shade of Pale", une des chansons les plus diffusées de ces dernières années et une des plus reprises. Et la dernière version se trouve dans le nouvel album de Santana,"Blessings and Miracles". Lire la suite, ici.


SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au dimanche 2 janvier 2022
Dalí, l'énigme sans fin

L'Atelier des Lumières vous propose jusqu'au 2 janvier 2022 une balade dans les oeuvres du plus insaisissable des Catalans, Salvator Dali. Une exposition immersive sur une bande son des Pink Floyd. A ne pas rater. Lire la suite, ici.



ATELIER DES LUMIÈRES
38 RUE SAINT-MAUR
PARIS 11E
16 EUROS

BRÈVES

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.