Tunisie - Reportage

Tunisie : Les portes djerbiennes, aux couleurs & croyances magiques !

Monique Cabré - 30 juin 2012
Terre de rencontres, de lumière, partagée entre modernisme et tradition, la Tunisie profonde vous accueille par la petite porte, celle de l'empreinte de son passé d’une richesse extraordinaire, où le moindre détail enchante le regard.
Les portes des maisons djerbiennes au bleu si pur, contrastant avec le blanc lumineux des murs et des coupoles, éléments majeurs de l’architecture arabo-musulmane, font  partie intégrante de l’habitat. A Djerba, la maison  traditionnelle avec patio à ciel ouvert,  « el houch » fait partie d’une vaste exploitation agricole, le « menzel ». En dehors de cette structure, des maisons d’habitation parsèment l’île, offrant au regard leur couleur d’un bleu typique et des portes décorées de symboles forts. L’architecture de l’île se définit par l’uniformité du blanc des bâtiments et de leur aspect lisse. La couleur blanche  de la chaux participe au confort thermique et reçoit habilement les rayons du soleil. La porte s’ouvre largement sur le patio, permettant de laisser passer meubles, charrettes ou autres éléments encombrants. Une petite porte découpée dans l’un des vantaux, est réservée aux habitants pour faciliter leur passage vers l’intérieur. Les portes des « houch » sont généralement surmontées d’un arc de taille modeste et les portes des maisons au plan rectangulaire, les « dars »,  agrémentées d’un encadrement fin. En parcourant la campagne, on s’offre des instants privilégiés en découvrant la rusticité et la sobriété des portes anciennes en bois. D’un bleu délavé par le vent et le soleil, solides, leurs ferrures imposantes, pour mieux se protéger des attaques extérieures, contrastent avec le fer forgé aujourd’hui employé, peint d’un bleu aux subtiles variantes

 

Dans la tradition islamique, le symbolisme des couleurs est très riche et imprégné de croyances magiques

 

Les deux couleurs prédominantes en Tunisie sont le vert et le bleu. On trouve des portes vertes à l’entrée des mosquées et des marabouts. Le vert a depuis la nuit des temps, en dehors du rappel du rayonnement de la nature qu’il évoque,  une connotation religieuse et souligne l’appartenance du pays à l’Orient. Le bleu évoque la Méditerranée et la richesse de ses échanges commerciaux. On le retrouve de la même façon en Grèce et en Turquie. Le bleu incarne le multidimensionnel dans l’univers puisqu’il représente le ciel et la mer en tant qu’éléments de base du cosmos. En Tunisie, il est l’image même de la clarté et des subtilités qu’il engendre lorsqu’il se joue des rayons du soleil. Cette rencontre renvoie à la notion même de rayonnement.

 

Ornementation des « bab », portes d’entrée 

Ces portes reprennent la grammaire décorative traditionnelle, avec des symboles comme ceux du poisson, de la fleur, du soleil, de la fibule, de la jarre en argile, du cœur, du bateau, de l’arbre de vie ou de la main de Fatma, très souvent agrémentés de volutes et d’arabesques. Le symbole, élément de base constant dans le patrimoine tunisien est l’illustration d’un moyen d’expression, d’une vision du monde. Il est  lié à l’environnement, à la tradition culturelle du pays, d’une région, d’un village. Le poisson, largement représenté à Djerba, est sans doute le plus riche dans le message qu’il transmet. D’origine phénicienne, le symbole du poisson fut associé par l’Islam à la main de Fatma qui protège du mal. Le poisson préserve des forces maléfiques, du mauvais œil, il est l’image même de la fécondité, de cette fonction de reproduction, si importante au sein de la société agricole. L’arbre constitue également un thème riche et répandu. Symbole de la vie en perpétuelle évolution, en ascension vers le ciel, il évoque la verticalité, le caractère cyclique de l’évolution cosmique. Lien entre la terre et le ciel, il met en communication les trois niveaux du cosmos : souterrain par ses racines, en surface par son tronc et ses premières branches, en hauteur par ses branches supérieures et sa cime, attirées par la lumière du ciel. Ces symboles dissimulent des idées, une volonté d’exprimer une identité. Ils suscitent des interrogations et font référence à une tradition, un mode de vie économique et social.  Ils représentent outre leur aspect décoratif,  un support riche d’enseignement à interpréter et contribuent à la singularité et à la beauté de la Tunisie et à son aspect insulaire.

© Monique Cabré, DR
1
2
3
4

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Premier musée en France entièrement consacré à l’enrichissement et à la conservation de l’illustration jeunesse,  le Musée de Moulins offre à son public quelque 3 800 planches originales et 11 000 albums. Rodolphe Töpffer, Gustave Doré, Jacqueline Duhême ... Découverte.

SORTIR À PARIS

C’est à la BnF, et jusqu'au 20 mai 2018, que Plantu fête ses 50 ans de dessinateur de presse.  Une centaine de dessins originaux ainsi que quelques-unes de ses sculptures satiriques permettent d’apprécier différentes facettes de son travail. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Mona Lisa - 30 millions d'euros pour le voyage
30 millions d'euros est le tarif pour déplacer Mona Lisa et la prêter trois mois dans un musée sous haute surveillance. 
 
Montpellier-Un commando cagoulé attaque des étudiants en réunion
C'est à Montpellier qu'un commando cagoulé armé de planches tranchantes et de matraques s'en est pris à des étudiants en grève de la fac de droit. Le doyen est mis en cause par les occupants.
 
Chère Paris,
Selon une étude britannique, Paris est la deuxième métropole la plus chère de la planète et se classe même première au niveau européen.
 
Méga foire d'armes en Floride après massacre
Quatre jours après le massacre dans un lycée par un jeune de 19 ans, la méga foire où l'on peut acheter l'arme en toute liberté qui a servit au massacre.
 
Bolloré réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement"
L'homme d'affaire Vincent Bolloré  qui a plusieurs médias dans son viseur, réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement" suite à la publication d'un livre-enquête sur ses méthodes en Afrique et ailleurs. 

votre publicité

Bannière