Tunisie - Reportage

Tunisie : Les portes djerbiennes, aux couleurs & croyances magiques !

Monique Cabré - 30 juin 2012
Terre de rencontres, de lumière, partagée entre modernisme et tradition, la Tunisie profonde vous accueille par la petite porte, celle de l'empreinte de son passé d’une richesse extraordinaire, où le moindre détail enchante le regard.
Les portes des maisons djerbiennes au bleu si pur, contrastant avec le blanc lumineux des murs et des coupoles, éléments majeurs de l’architecture arabo-musulmane, font  partie intégrante de l’habitat. A Djerba, la maison  traditionnelle avec patio à ciel ouvert,  « el houch » fait partie d’une vaste exploitation agricole, le « menzel ». En dehors de cette structure, des maisons d’habitation parsèment l’île, offrant au regard leur couleur d’un bleu typique et des portes décorées de symboles forts. L’architecture de l’île se définit par l’uniformité du blanc des bâtiments et de leur aspect lisse. La couleur blanche  de la chaux participe au confort thermique et reçoit habilement les rayons du soleil. La porte s’ouvre largement sur le patio, permettant de laisser passer meubles, charrettes ou autres éléments encombrants. Une petite porte découpée dans l’un des vantaux, est réservée aux habitants pour faciliter leur passage vers l’intérieur. Les portes des « houch » sont généralement surmontées d’un arc de taille modeste et les portes des maisons au plan rectangulaire, les « dars »,  agrémentées d’un encadrement fin. En parcourant la campagne, on s’offre des instants privilégiés en découvrant la rusticité et la sobriété des portes anciennes en bois. D’un bleu délavé par le vent et le soleil, solides, leurs ferrures imposantes, pour mieux se protéger des attaques extérieures, contrastent avec le fer forgé aujourd’hui employé, peint d’un bleu aux subtiles variantes

 

Dans la tradition islamique, le symbolisme des couleurs est très riche et imprégné de croyances magiques

 

Les deux couleurs prédominantes en Tunisie sont le vert et le bleu. On trouve des portes vertes à l’entrée des mosquées et des marabouts. Le vert a depuis la nuit des temps, en dehors du rappel du rayonnement de la nature qu’il évoque,  une connotation religieuse et souligne l’appartenance du pays à l’Orient. Le bleu évoque la Méditerranée et la richesse de ses échanges commerciaux. On le retrouve de la même façon en Grèce et en Turquie. Le bleu incarne le multidimensionnel dans l’univers puisqu’il représente le ciel et la mer en tant qu’éléments de base du cosmos. En Tunisie, il est l’image même de la clarté et des subtilités qu’il engendre lorsqu’il se joue des rayons du soleil. Cette rencontre renvoie à la notion même de rayonnement.

 

Ornementation des « bab », portes d’entrée 

Ces portes reprennent la grammaire décorative traditionnelle, avec des symboles comme ceux du poisson, de la fleur, du soleil, de la fibule, de la jarre en argile, du cœur, du bateau, de l’arbre de vie ou de la main de Fatma, très souvent agrémentés de volutes et d’arabesques. Le symbole, élément de base constant dans le patrimoine tunisien est l’illustration d’un moyen d’expression, d’une vision du monde. Il est  lié à l’environnement, à la tradition culturelle du pays, d’une région, d’un village. Le poisson, largement représenté à Djerba, est sans doute le plus riche dans le message qu’il transmet. D’origine phénicienne, le symbole du poisson fut associé par l’Islam à la main de Fatma qui protège du mal. Le poisson préserve des forces maléfiques, du mauvais œil, il est l’image même de la fécondité, de cette fonction de reproduction, si importante au sein de la société agricole. L’arbre constitue également un thème riche et répandu. Symbole de la vie en perpétuelle évolution, en ascension vers le ciel, il évoque la verticalité, le caractère cyclique de l’évolution cosmique. Lien entre la terre et le ciel, il met en communication les trois niveaux du cosmos : souterrain par ses racines, en surface par son tronc et ses premières branches, en hauteur par ses branches supérieures et sa cime, attirées par la lumière du ciel. Ces symboles dissimulent des idées, une volonté d’exprimer une identité. Ils suscitent des interrogations et font référence à une tradition, un mode de vie économique et social.  Ils représentent outre leur aspect décoratif,  un support riche d’enseignement à interpréter et contribuent à la singularité et à la beauté de la Tunisie et à son aspect insulaire.

© Monique Cabré, DR
1
2
3
4

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Notícias

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

votre publicité

Banner