- Lire

La Chair

Marie Torres - 12 janvier 2017
Pour titiller son ex-amant, le jeune Mario, Soledad, 60 ans, historienne d’art, fait appel à un gigolo. Mais ce qui ne devait être qu’un « accompagnement à l’Opéra » se transforme en une étrange relation. Un roman sur l’amour et la solitude, pigmenté par l’humour irrésistible de Rosa Montero.

« Adam. 32 ans. 1 mètre 91, cheveux noirs, yeux couleur miel, athlétique, parle espagnol, anglais et français. »

Soledad hésite. Soupire. Va-t-elle sauter le pas et faire appel à un escort ? Un gigolo. Payer 600 euros pour être vue en « bonne » compagnie au Teatro Real ? Ou du moins pour que Mario la croise, ou même ne fasse que l’apercevoir, au bras d’un homme, jeune et beau ? Soledad a du mal à accepter leur rupture. Une rupture pourtant prévisible : Mario est jeune, marié et a toujours désiré fonder une famille. Aujourd’hui, sa femme est enceinte, normal qu’il ait rompu. Qu’il l’ait laissée, elle, Soledad, seule. Seule et sexagénaire. Car il est là, le vrai problème, son âge.

« Pour ses soixante ans, elle n’était pas mal du tout. Mais, bien sûr, à partir d’aujourd’hui elle devenait une fichue sexagénaire. […] Elle se scruta lentement dans le miroir, sans compassion. […] Le corps est une chose terrible, en effet. La vieillesse et la détérioration s’y tapissaient insidieusement et l’intéressé était souvent le dernier à l’apprendre, comme les cocus du théâtre classique. »

Soledad engage Adam. Mais, à la sortie du théâtre, un événement inattendu et violent, l’agression d’un commerçant chinois, bouleverse la situation et, ce qui ne devait être qu’un « accompagnement à l’Opéra » devient une étrange relation. Le beau et athlétique Adam, un Russe, tremperait-il dans des affaires louches ? La mafia ?

En parallèle de cette « crise de la soixantaine », Rosa Montero nous fait suivre Soledad, historienne d’art, dans l’organisation d’une exposition sur les artistes maudits. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir des peintres et des écrivains quelque peu « tourmentés », de revisiter des œuvres aussi, comme le magnifique roman de Thomas Mann La mort à Venise ou le toujours troublant Horla de Guy de Maupassant.

Un roman sur la peur de vieillir, la solitude, l’amour et l’art. Et si vous pensez que cette histoire peut être triste ou ennuyeuse c’est que vous n’avez jamais lu Rosa Montero. Que vous ignorez tout de son humour à toute épreuve.  La Chair est à mettre entre toutes les mains. Un remède contre les idées noires.

Lire aussi 

Rosa Montero : « Même dans des sociétés industrielles comme la nôtre il existe toujours du sexisme »

Jeu de miroir, entre Rosa et Marie

Marie Torres pour www.micmag.fr
La chair
Rosa Montero
Traduction Myriam Chirousse
Editions Métailié, 12 Janvier 2017
18 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Notícias

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."