Paris - Théâtre

Monsieur Luchini, pourquoi tant d'acidité dans un monde indécent ?

Çiva de Gandillac - 6 mars 2014
Sourires amers, silences... Le public, "inculte", bouche bée, ne sait vers où regarder. L'arrogant Fabrice Luchini tient les huit cents spectateurs par le bout du nez.
Il vitupère :"Ça vous gêne qu'on parle de la merde ? Transformer la merde en dentelle, c'est ça le génie !"

L'acteur interpelle ouvertement le public en se qualifiant de masochiste. Pourquoi s'inflige-t-il ce calvaire alors qu'il fait beau en ce début mars ? Monsieur Fabrice Luchini a joué, ce mardi 5 mars 2014, Voyage au bout de la nuit, de Louis Ferdinand Céline, au Théâtre Antoine à Paris.

Il enchaîne, il compose, il devient chef d'orchestre et instrument à la fois : il s'incarne en Céline.
Le public est happé par la musique de Monsieur Luchini qui joue comme un enfant admiratif. Sa voix, ses intonations, son corps épousent l'oeuvre célinienne. Après nous avoir plongés dans les méandres obscurs, tristement implacables et épouvantables de la vie d'un docteur de banlieue ouvrière, il sort de son personnage et devient le vieux Céline d'après-guerre interviewé par un journaliste qui l'accable : "vous n'êtes qu'un abject personnage !". Céline répond qu'il voulait seulement éviter une nouvelle guerre, lui, meurtri dans son corps par la Der des Ders. Il s'est attaqué à une "secte". Il ne se revendique pas humaniste. Il se dit esthète qui rêvait d'une maison à Boulogne-sur-mer...

Soudainement, Luchini devient Fabrice, interpelle le public, le pique, le conspue : nous ne sommes que des ignorants, nous ne comprenons rien à l'oeuvre du génial Céline.

Combien de spectateurs parmi les huit cents présents ont-ils lu Voyage au bout de la nuit ? A peine une centaine et encore... Il exulte ! Nous ne respectons ni le sens du texte, ni les silences de son interprétation. Certains toussent, d'autres rient au mauvais moment. 
Il est vrai que parmi le public, des téléphones sonnent, vibrent, s'allument, flashent... Crime de lèse-majesté ! Pourquoi n'existe-t-il pas des brouilleurs d'ondes dans les théâtres comme dans certains cinémas ? La magie imaginative de l'écoute et la concentration du spectateur sont mises à mal... Et pour le comédien, ces intrusions doivent être un supplice, surtout quand il est seul voyageur dans un train qui le mène au bout de la nuit... 

Luchini nous trouve stupides, à la limite d'un certain complexe de supériorité ? Serait-il imbu de lui même ?

Ou ne respecterait-il pas les ignorants qui viennent découvrir un auteur à travers sa jouissive interprétation ? Monsieur Fabrice Luchini aimerait-il la provocation ? Aurait-il envie de blesser l'amour propre du public pour l'amener à lire minutieusement Voyage au Bout de la nuit ? Sûrement.

L'acteur, après avoir vidé son sac, repart de plus belle. Il  dévore Voyage au bout de la nuit ! Et soudain, Luchini redevient Fabrice, c'est la fin du spectacle ! A moins que... 

Il nous offrira, si nous sommes suffisamment attentifs, un ou deux textes supplémentaires, mais il ne se sent pas obligé. Voyage au bout de la nuit se joue à guichet fermé jusqu'à la fin mars. Certaines fans lui écrivent des lettres pour le supplier d'assister à son spectacle.

Il ajoute qu'une audacieuse lui a écrit : " P.S: je suce la bite ".                                                                  Yo Fabrice !

S'ensuit une lettre, celle que Céline avant d'être Céline envoya à Gallimard dans laquelle il écrivait que son oeuvre était difficilement résumable. Il l'estimait géniale parce-que différente et musicale. Il concluait sa missive en déclarant que Voyage au bout de la nuit deviendrait le livre le plus marquant du siècle dernier ( rires des spectateurs). Luchini s'arrête tout de go : "Bande de bobos, médiocres, bourgeois endimanchés, ça vous ennuie qu'une personne soit lucide par son propre génie ?". Silence dans la salle, puis rires... 

"Ça vous gêne qu'on parle de la merde ? Transformer la merde en dentelle, c'est ça le génie !" 
Monsieur Fabrice Luchini termine son spectacle par un texte de La Fontaine sur la mort, sujet et auteur favoris de Céline. Acclamations du public ! Et comme par miracle, il revient sur scène pour donner un bon point à nous autres idiots. Lui, acteur salue le silence et la concentration du public lors des cinq dernières minutes de son "show"...

Chapeau bas, Monsieur Fabrice Luchini. Simple regret, 1h30, trop court...

Vous nous avez mis l'eau à la bouche, c'est frustrant. Au moins 4 heures minimum, s'il vous plaît ! Seriez-vous capable de relever ce défi : interpréter Voyage au bout de la Nuit intégralement comme Peter Brook le fit pour le Mahâbhârata ?

ÇIVA DE GANDILLAC



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Mundo vintage (clicar no título)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Destaques de París

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Notícias

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)