Tbilissi - voyages

Géorgie : que reste-t-il en dehors du printemps ?

Texte & photos Laurent Méric - 12 juin 2012
Voyage ballade en Georgie ? Infatigable curieux, comme ces voyageurs du XIXe siècle, Laurent Méric est allé prendre le poul du Caucase, de son peuple, de son vin et de cette atmosphère de roman. Ses photos croquent un quotidien silencieux et doux comme nulle autre part au monde.

"C’est vrai, tout le monde s’est demandé ce qu’on allait bien faire là-bas. Pas d’Eurovision ni d’Euro 2012 (c’est à côté). Nous aussi. Sans doute, est-ce le mot "Caucase" qui nous a attiré, comme les noms de Samarcande ou de Kars, les années précédentes. Sur place, c’est la culture locale qui vous saute aux yeux : les Géorgiens sont fiers de leur histoire chrétienne et ce sentiment a pris toute la place laissée vacante par l’ère soviétique (avec beaucoup de bâtisses abandonnées). Les moines sont nombreux et farouches, les monastères, les lieux incontournables du tourisme.

"Que reste-t-il en dehors du printemps ? Un sentiment de profonde province comme on n’en connaît plus dans notre Occident"

Mais c’est quand ils boivent, chantent et dansent, sans retenue, que les Géorgiens nous sautent au cœur. Lever son verre est un art de vivre, et le vin, s’il coule à flots, est biologiquement garanti, fait à la maison. Les villes, même la capitale Tbilissi, ont des rues en pente, éclairées par les cerisiers en fleurs qui débordent des jardins. Que reste-t-il en dehors du printemps ? Un sentiment de profonde province comme on n'en connaît plus dans notre Occident où les connexions sont intenses et les mouvements permanents. Il y flotte partout une atmosphère de roman où les sentiments ont longuement le temps d'éclore, les amertumes de se décanter, les destins de s'accomplir.

C'est sans doute l'impression que nous laissera la Géorgie, celle d'avoir rendu visite à une parente éloignée, pieuse provinciale un peu ennuyeuse, joliment naïve et ressassant des vieilles lunes ; mais, sans doute grâce à sa candeur, pleine de vigueur, de lyrisme et de convivialité, et parfois capable d'initiatives décapantes.

Et dans ce domaine, les dernières folies architecturales des oligarques locaux sont d’une immodestie désarmante.



1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Notícias

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

votre publicité

Banner