- Lire

Le jour des saints

Marie Torres - 3 mai 2019
On pensait que tout s'était arrêté avec "Fatal Dimanche" mais la psychanalyste Frida Klein revient avec "Le jour des saints", son ultime duel avec son ennemi de toujours, Dean Reeve. Et les auteurs nous démontrent, une fois de plus, leur art de jouer avec la psychologie humaine. Un régal.

Londres. Par une belle et chaude journée d'automne, une voiture dévale une pente, perd le contrôle et finit dans la devanture d'une boutique. Bilan : deux morts. Un passant et le conducteur.

Alors que la police découvre que l'automobiliste a été étranglé avant d'être placé dans la voiture, l'agent Darren Symons est appelé sur une autre scène de crime.

"L'agent Darren Symons distinguait des touffes de cheveux roussis sur un crâne pâle. Le cadavre était vêtu d'une sorte de toile qui avait noirci sans se consumer. Il n'aurait su dire si cette forme humaine était masculine ou féminine. Il se rappela avoir appris à l'école en cours d'histoire qu'on avait brûlé des gens en tant qu'hérétiques : il s'était toujours dit que ce devait être la pire façon de mourir. Pire encore que de se noyer."

Mais, dans ce cas aussi, la victime a été étranglée avant d'être déposée sur le bûcher. A t-on affaire au même tueur ? C'est la question que se pose la police...

Parallèlement, Lola Hayles, une jeune étudiante en criminologie, rédige un mémoire sur Frida Klein. Frida, la psychanalyste qui aidait la police dans ses enquêtes et qui, plus d'une fois, s'est trouvée mêlée de près à des crimes. Voire soupçonnée de meurtre. Frida, décrite par la journaliste Liz Barron comme "une femme qu'attirent la violence, l'obscur et la mort." Mais Frida a disparu. Ses proches n'ont plus aucune nouvelles. Fuit-elle le psychopathe Dean Reeve ou fuit-elle pour ne plus mettre ses amis en danger ?

Cependant Lola la retrouve... juste après avoir cotoyé, sans le savoir, Dean Reeve…

On est heureux de retrouver les héros de Nicci Gerrard et Sean French, Nicci French, pour cette ultime aventure de Frida Klein. Un dernier épisode aussi redoutable et angoissant que les précédents qui tient en haleine jusqu'à la fin... Savoureux.


A lire aussi : 

Fatal dimanche

Ténébreux samedi

Cruel vendredi

Terrible jeudi

Maudit mercredi

Sombre mardi

Lundi mélancolie

Marie Torres pour www.micmag.fr
Le jour des saints
Nicci French
Traduction Marianne Bertrand
Editions Fleuve Noir, Avril 2019
20,50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

Going out in Paris

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

News flash

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."