11-11-2011 18:23:53

Barcelone et son agitation : tout un polar de Gonzalez Ledesma !

Avec « La vie de nos morts », l’auteur de polars catalan, Francisco González Ledesma, nous entraîne, à travers plusieurs nouvelles, dans le Barrio Chino de Barcelone.
Par Marie Torres

Tous ceux qui l’ont visitée le savent : il y a plusieurs Barcelone. Celle du barrio gótico, celle de l’Eixample, celle de Montjuich (avec un « h » en catalan !)… et celle de Francisco González Ledesma. La Barcelone du Barrio Chino. C’est là que ses intrigues se déroulent et que son inclassable inspecteur Ricardo Mendez mène ses enquêtes. Même si cette Barcelone-là n’est plus aussi « chaotique, agitée, sale, vicieuse, et par là-même fascinante » qu’elle l’était avant. « Avant », c’est l’autre singularité de l’auteur catalan : il aime « naviguer » entre passé et présent. L’Espagne du franquisme et l’Espagne démocratique.

Ces deux particularités, on les retrouve dans les six nouvelles regroupées dans « La vie de nos morts ». Les trois premières nous ramènent dans l’effroi de la guerre civile ; les trois autres se passent dans l’Espagne des années 2000. Toutes ont pour décor Barcelone sauf la dernière, « La Mère éternelle », où l’inspecteur Mendez nous emmène à Madrid.

Et, comme dans chacune de ses histoires, Francisco Gonzalez Ledesma nous conte, avec talent, le destin de femmes et d’hommes pris dans la tourmente de la vie. Et même si les uns vivent dans les années 1940 et les autres dans les années 2000, même si certaines rues de Barcelone n’existent plus, si certains cafés ont fermé et d’autres ouvert, tous ses héros sont confrontés à la cruauté et à l’injustice intemporelles de l’homme. Et, si toutes les six se lisent avec plaisir, deux « sortent du lot » : « Le pavé bleu » et « La douce mademoiselle Cobos ».


La vie de nos morts
Francisco González Ledesma
Editions, Rivages/Noir, 2011

Photo : Joan Colom (Barrio Chino-Barcelona)



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Going out in Paris

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

News flash

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."