19-01-2011 14:33:47

Une médiéviste de haut vol entre Paris et Chicago

La galerie "Les enluminures" au Louvre des antiquaires est une des rares dans cette niche très pointue à proposer à une clientèle avertie, des enluminures médiévales.
Par Hélios Molina


Manuscrits, miniatures, livres d’heures, textiles,  images pieuses, reliques, la galerie est une excellente adresse pour le néophyte. Sandra Hindman, maîtresse des lieux a tout l’art de la communication dans un charmant accent américain. Sa passion, qu’elle transmet aisément, pourrait rapidement devenir la vôtre. Tout d’abord, qu’est-ce qu’une enluminure ? "Les enluminures sont des pages d’un livre travaillées à l’or fin ou à l’argent" nous raconte une assistante de Sandra Hindman. Et ce sont aussi toutes les pages d’un livre au Moyen Âge qui ont des couleurs peintes. Ces œuvres viennent de manuscrits faits dans les monastères. Petit à petit, des ateliers et des grands maîtres se sont fait connaître.  Parmi les grands noms, il y a le maestro italien Daddesco ou le Français Jean Fouquet. L’Italie, les Pays bas, la Belgique et la France sont dans ce domaine des foyers de création. Tandis qu’en Angleterre, le mouvement de la Réforme (le processus de mise en cause de certaines pratiques, des dogmes de l’église catholique au XVe et XVIe siècle qui aboutira à la formation d’églises séparées) qui est arrivé très tôt, a ralenti le travail des grands maîtres. Au XVIIIe et début XIXe, avec les guerres de Napoléon, les enluminures étaient découpées des manuscrits. Les monastères fermés, et il y avait un fort désir de posséder ces œuvres peintes. Les livres d’heures sont des livres manuscrits ou imprimés de prières pour des heures concrètes de la journée. Chaque livre d’heures est unique avec les heures de la vierge, de la croix, des événements de la vie de certains saints. Les prix de ces joyaux varient entre 19 000 euros et 300 000 euros pour des grands maîtres de la peinture. Un marché s’est donc créé à l’étranger. Et Londres était pour les Italiens la destination commerciale au XIXe. Comment exporter des livres vers l’Angleterre à cette époque ? Malheureusement, le pays avait conçu une taxe d’importation selon le poids des bagages. Donc les livres lourds étaient abandonnés. Et c’est ainsi que s’est propagée cette pratique de découper des choses importantes vers la fin du XIXe.  "Il y a encore des gens qui font cela mais les bons marchands n’aiment pas ces pratiques, c’est très mal vu" clame Sandra.   Aujourd’hui, ce marché est planétaire mais quelques pays se tiennent volontairement à l’écart : l’Inde, la Chine et le Japon.

Comment détermine-t-on un prix ? Ce n’est pas l’époque qui détermine le prix mais l’artiste. Une miniature coûte autour de 3 000 euros. Un travail du maître italien Daddesco cote aisément les 100 000 euros.  Mais il peut y avoir une œuvre à 1 million d’euros comme ce fut le cas récemment en salle des ventes. Le profil des acheteurs d’enluminures n’est pas clairement dessiné. "J’ai un client de 19 ans, d’autres personnes de 80 ans, des hommes et des femmes. Ce ne sont pas des intellectuels mais de grands et authentiques amateurs d’art qui ont le désir d’apprendre encore" conclut Sandra.

"J’ai investi tous mes fonds de retraite dans les manuscrits"

Sandra Hindman est médiéviste américaine. Professeur d’université, expert, elle est devenue une brillante marchande d’enluminures, une niche où rayonnent trois ou quatre spécialistes dans le monde.  Pourquoi a-t-elle choisi de s’installer à Paris ? "Il faut être là où les achats sont possibles et c’est ici en Europe que cela se passe. Le fonds est européen. Je vis en même temps à Chicago donc je vis aussi dans les avions. Cet été, j’ai pu voir aux Etats-Unis une reprise du marché de l’art. Si vous achetez du Moyen Âge, les prix sont stables et certains peuvent monter très vite. En l’an 2000, j’avais un Lorenzo Monaco (1370-1424), je l’ai revendu 200 000 dollars. Si je l’avais gardé, j’aurais à présent un million de dollars. La plus-value peut être très grande. Il faut payer beaucoup pour avoir une grande plus-value. De la même façon, une enluminure à 3 500 euros ne montera jamais jusqu’à 50 000 euros. Je travaille essentiellement avec les institutions. Je vends au Louvre, au musée de Cluny, au National Museum, au British Gallery, à toutes les bibliothèques dans le monde. Ce sont des acheteurs fiables. Moi, j’ai pris tout l’argent de mes fonds de retraite que j’ai investis dans les manuscrits. En Europe, vous n’avez pas le droit de le faire mais aux Etats-Unis, c’est possible. Je gère mon fonds et j’en suis très contente car cela va très bien".


 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)