- Reportages

Entretien avec Fidelis Baniwa - Acteur et leader indigène

Autres Brésils (Marilza de Melo Foucher) - 24 juin 2020
Fidelis Baniwa joue dans des films, au théâtre..., un moyen de faire connaître la culture indigène au grand public. C’est aussi un acteur politique, membre d’une organisation indigène et candidat à la municipalité de Santa Isabel. Entretien sur la situation des peuples autochtones sous Bolsonaro.
Fidelis Baniwa © Maurícios Baniwa



Que signifie Fidelis ? Cela ne ressemble pas à un nom Baniwa ...

En fait, j’ai été baptisé dans l’Église catholique et les salésiens m’ont donné le nom de Luis de Jesus Fidelis ! Fidelis en latin signifie digne de foi, fidèle ! J’ai adopté comme nom d’artiste Fidelis Baniwa. Cependant, mon vrai nom est Makenuli - un oiseau de la famille des pic-vert.

Je vais donc vous appeler Fidelis Makenuli ... Dans quelle communauté êtes-vous né ?

Je suis né dans la communauté Ingá-íwa, Igarapé do Mabaha, appartenant à mon peuple Baniwa, dans la municipalité de Santa Isabel do Rio Negro – dans l’état d’Amazonas. Mes parents étaient des petits agriculteurs et vivaient des produits de la forêt.

Y avait-il une école dans la communauté ?

Oui, il y avait une école rurale sur l’île de Nazaré. Très tôt, encouragé à étudier par mes parents, j’ai été inscrit dans cette école. La méthode et le contenu de l’enseignement étaient très différents des connaissances traditionnelles transmises quotidiennement par nos personnes âgées, mais elles étaient nécessaires à ma compréhension de l’univers non-indigène qui nous entourait.

Comment l’histoire et la participation à l’art vous ont-elles aidé dans la projection de la culture autochtone ?

À l’école, j’ai eu mon premier contact avec l’enseignement de l’histoire du Brésil, j’ai aimé la discipline, cependant, c’était étrange pour moi, le fait que les manuels scolaires aient laissé l’histoire indigène en arrière-plan. A titre d’exemple, j’ai appris que les Portugais sont arrivés le 22 avril 1500 au « Brésil ». Ce fait historique est devenu le jour de la « découverte ».

Cependant, il y a des récits de cette époque, qui expliquent l’existence d’innombrables peuples autochtones qui habitaient déjà les terres dites « découvertes ». Cela montre dans une autre perspective, que le « Brésil » a été envahi en 1500 et n’a pas été découvert comme proposé par les livres d’histoire. L’interprétation des faits historiques a apporté la vision du colonisateur dans des matériaux didactiques, et à partir de là, j’ai compris qu’il était nécessaire de réécrire et de raconter à nouveau l’histoire du Brésil.

Cela montre dans une autre perspective, que le « Brésil » a été envahi en 1500 et n’a pas été découvert comme proposé par les livres d’histoire

Quelques années plus tard, au début du 21e siècle, j’ai déménagé à Manaus pour poursuivre mes études. J’ai réussi l’examen d’entrée à l’université fédérale d’Amazonas et suis allé étudier l’histoire. C’est ainsi que j’ai pu m’approprier l’histoire indigène et mieux la comprendre.

Dans le même temps, j’ai commencé mes cours de théâtre à la compagnie « Cia Vitória Régia de Teatro », intégrant ainsi le centre d’événements artistiques d’Amazonas, sous la direction du metteur en scène et acteur A Nonato Tavares.

Ma formation en histoire à l’Université, ainsi que mon travail à la Compagnie de Théâtre, ont fait résonner en moi de la voix des 68 peuples autochtones qui habitent l’État d’Amazonas. J’ai commencé à participer comme acteur et universitaire, à des conférences, des spectacles, des interviews et des débats. C’est ainsi que j’ai pu exposer la réalité vécue par nous, peuples autochtones d’Amazonas, qui se traduit souvent par de l’incertitude et de l’abandon.

cela m’a certainement aidé à combattre les préjugés et à motiver d’autres indigènes dans la lutte pour la garantie des Droits

Le Théâtre m’a amené à participer à des séries sur Tv Globo puis j’ai participé en tant qu’acteur à quelques films. Ainsi je suis devenu une référence dans le traitement de la question indigène et ma parole a plus d’impact.

Pour conclure sur votre question, je pense que la connaissance de l’histoire et de l’art scénique m’a aidé à faire la lumière sur la culture ancienne Baniwa et les autres, et cela m’a certainement aidé à combattre les préjugés et à motiver d’autres indigènes dans la lutte pour la garantie des Droits, contrairement au processus historique d’exclusion et de soumission auquel nous avons été exposés par la colonisation.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

L'histoire de « Mr Blue Sky », le titre d'Electric Light Orchestra qui rend heureux

Si le titre pas eu un énorme succès à sa sortie en janvier 1978, aujourd'hui, « Mr Blue Sky » est l'un des morceaux des années 70 les plus téléchargés et diffusés en streaming. Histoire d'une chanson « ensoleillée » ... Lire la suite, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



Ultima hora

Jimi Hendrix bientôt en bande dessinée
Le 19 octobre paraîtra Kiss The Sky, une nouvelle bande dessinée - Mezzo (dessin, couleurs) et J.M. Dupont (scénario) sur le parcours de Jimi Hendrix.
 
Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.