- Reportages

Entretien avec Fidelis Baniwa - Acteur et leader indigène

Autres Brésils (Marilza de Melo Foucher) - 24 juin 2020
Fidelis Baniwa joue dans des films, au théâtre..., un moyen de faire connaître la culture indigène au grand public. C’est aussi un acteur politique, membre d’une organisation indigène et candidat à la municipalité de Santa Isabel. Entretien sur la situation des peuples autochtones sous Bolsonaro.
Fidelis Baniwa © Maurícios Baniwa



Que signifie Fidelis ? Cela ne ressemble pas à un nom Baniwa ...

En fait, j’ai été baptisé dans l’Église catholique et les salésiens m’ont donné le nom de Luis de Jesus Fidelis ! Fidelis en latin signifie digne de foi, fidèle ! J’ai adopté comme nom d’artiste Fidelis Baniwa. Cependant, mon vrai nom est Makenuli - un oiseau de la famille des pic-vert.

Je vais donc vous appeler Fidelis Makenuli ... Dans quelle communauté êtes-vous né ?

Je suis né dans la communauté Ingá-íwa, Igarapé do Mabaha, appartenant à mon peuple Baniwa, dans la municipalité de Santa Isabel do Rio Negro – dans l’état d’Amazonas. Mes parents étaient des petits agriculteurs et vivaient des produits de la forêt.

Y avait-il une école dans la communauté ?

Oui, il y avait une école rurale sur l’île de Nazaré. Très tôt, encouragé à étudier par mes parents, j’ai été inscrit dans cette école. La méthode et le contenu de l’enseignement étaient très différents des connaissances traditionnelles transmises quotidiennement par nos personnes âgées, mais elles étaient nécessaires à ma compréhension de l’univers non-indigène qui nous entourait.

Comment l’histoire et la participation à l’art vous ont-elles aidé dans la projection de la culture autochtone ?

À l’école, j’ai eu mon premier contact avec l’enseignement de l’histoire du Brésil, j’ai aimé la discipline, cependant, c’était étrange pour moi, le fait que les manuels scolaires aient laissé l’histoire indigène en arrière-plan. A titre d’exemple, j’ai appris que les Portugais sont arrivés le 22 avril 1500 au « Brésil ». Ce fait historique est devenu le jour de la « découverte ».

Cependant, il y a des récits de cette époque, qui expliquent l’existence d’innombrables peuples autochtones qui habitaient déjà les terres dites « découvertes ». Cela montre dans une autre perspective, que le « Brésil » a été envahi en 1500 et n’a pas été découvert comme proposé par les livres d’histoire. L’interprétation des faits historiques a apporté la vision du colonisateur dans des matériaux didactiques, et à partir de là, j’ai compris qu’il était nécessaire de réécrire et de raconter à nouveau l’histoire du Brésil.

Cela montre dans une autre perspective, que le « Brésil » a été envahi en 1500 et n’a pas été découvert comme proposé par les livres d’histoire

Quelques années plus tard, au début du 21e siècle, j’ai déménagé à Manaus pour poursuivre mes études. J’ai réussi l’examen d’entrée à l’université fédérale d’Amazonas et suis allé étudier l’histoire. C’est ainsi que j’ai pu m’approprier l’histoire indigène et mieux la comprendre.

Dans le même temps, j’ai commencé mes cours de théâtre à la compagnie « Cia Vitória Régia de Teatro », intégrant ainsi le centre d’événements artistiques d’Amazonas, sous la direction du metteur en scène et acteur A Nonato Tavares.

Ma formation en histoire à l’Université, ainsi que mon travail à la Compagnie de Théâtre, ont fait résonner en moi de la voix des 68 peuples autochtones qui habitent l’État d’Amazonas. J’ai commencé à participer comme acteur et universitaire, à des conférences, des spectacles, des interviews et des débats. C’est ainsi que j’ai pu exposer la réalité vécue par nous, peuples autochtones d’Amazonas, qui se traduit souvent par de l’incertitude et de l’abandon.

cela m’a certainement aidé à combattre les préjugés et à motiver d’autres indigènes dans la lutte pour la garantie des Droits

Le Théâtre m’a amené à participer à des séries sur Tv Globo puis j’ai participé en tant qu’acteur à quelques films. Ainsi je suis devenu une référence dans le traitement de la question indigène et ma parole a plus d’impact.

Pour conclure sur votre question, je pense que la connaissance de l’histoire et de l’art scénique m’a aidé à faire la lumière sur la culture ancienne Baniwa et les autres, et cela m’a certainement aidé à combattre les préjugés et à motiver d’autres indigènes dans la lutte pour la garantie des Droits, contrairement au processus historique d’exclusion et de soumission auquel nous avons été exposés par la colonisation.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

VINTAGE & COLLECTIONS

La Saint Valentin dans tous ses états !

 La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


BRÈVES

Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)
 
Il y a 60 ans, les Stones sortaient leur premier 45 T
Le 7 juin 1963, les Rolling Stones sortaient leur premier 45 t, "Come On" une adaptation de Chuck Berry. Le 31 juillet, il atteint la 21e place des hit-parades. L'incroyable histoire des Stones est en marche… Elle roule toujours... Lire plus, ici.