Paris - Agenda

Boris Godounov : Le "Mac Beth" russe de Modeste Moussorgski d’après Pouchkine

Jean-Christophe Mary - 6 juin 2018
La version originale de l’Opéra dramatique de Moussorgski est à l’affiche à l’Opéra National de Paris pour douze représentations.Un triomphe annoncé

" Le pouvoir vivant est insupportable au peuple ; il ne sait aimer que les morts". (Boris, Boris Godounov, Alexandre Pouchkine)

Lorsqu’en 1824, Pouchkine entreprit avec Boris Godounov l’élaboration de son premier drame historique, il ne savait que trop à quel colosse il s’attaquait. C’est armé d’une lecture de Shakespeare qu’il se mesura au règne fulgurant du Tsar de toutes les Russies (1598-1605).

De fait, il y a du Macbeth dans cette fable politique, où Boris voit ressurgir, sous la forme d’un imposteur, le spectre de l’enfant qu’il avait fait assassiner pour conquérir le trône. S’emparant de ce poème épique, Moussorgski compose une réflexion sur la solitude du pouvoir, un drame populaire dont le véritable protagoniste est le peuple russe, avec son lot de souffrances éternelles. Déjà, Pouchkine s’interrogeait  : « Qu’est‑ce qu’une âme ? Une mélodie, peut‑être… »

L'histoire

Le Tsar Boris Godounov gouverne mais le pays sombre dans le chaos et la pauvreté. Un jeune moine vagabond, Grigori, se fait passer pour Dmitri le fils défunt de Boris Godounov et réussit à épouser Marina, une femme noble originaire de Pologne qui déguise sa volonté de puissance en amour passionné. Après avoir convaincu le roi de Pologne de sa légitimité, le faux Dmitri convainc les Polonais d'envahir la Russie. Boris,pris par la culpabilité et les remords et hanté par des hallucinations, sombre dans la folie et meurt en implorant la grâce divine.

Réalité historique, drame passionnel, l’œuvre de Pouchkine revêt une dimension dramatique où l'influence du Mc Beth de Shakespeare est ici pleinement assumée.

Du 7 juin au 12 juillet, l’Opéra National présente la version originale de 1869 (7 tableaux ). Rejetée par la censure impériale en février 1871, le compositeur russe livra donc une seconde version révisée en 1872 (en un prologue et 4 actes) qui fût créée le 8 février 1874 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

Dans cette tragédie humaine, qui traite de la perte d’un enfant mais aussi de la puissance et de la mort, l’univers 3.0 déployé par le metteur en scène Ivo van Hove entraîne les protagonistes dans un monde à la fois délirant, claustrophobique et mégalomane. L'incompréhension entre le tsar Boris hanté par la perte de son fils et du peuple russe mourant de faim conduit à une folie meurtrière.

Les vidéos projections sur un gigantesque écran LED signés Tal Yarden sont au centre de cette mise en scène à la fois sobre et très esthétique avec une extrême aisance entre un réalisme fantastique et onirique dans un décor unique. Un escalier central –monumental- est le témoin principal de ce drame historique criant de vérité. Cette nouvelle production est un triomphe annoncé pour plusieurs raisons : la présence de superstar telles Alexander Tsymbalyuk, magnifique voix basse dans le rôle titre, de la mezzo-soprano Evdokia Malevskaya (Fiodor ) et l’excellente soprano Ruzan Mantashyan (Xenia), la direction d’orchestre confiée à Vladimir Jurowski, ces magnifiques lumières signées et enfin la dramaturgie Jan Vanenhouwe pour le souffle et la précision de ses mises en scène cette façon de mettre à nue l’âme des personnages. Un triomphe annoncé.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Boris Godounov
Modeste Petrovitch Moussorgski
Opéra Bastille
Place de la Bastille
Parie 12e
du 7 juin au 12 juillet 2018
2h10 sans entracte
A partir de 55 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net