Paris - Agenda

Boris Godounov : Le "Mac Beth" russe de Modeste Moussorgski d’après Pouchkine

Jean-Christophe Mary - 6 juin 2018
La version originale de l’Opéra dramatique de Moussorgski est à l’affiche à l’Opéra National de Paris pour douze représentations.Un triomphe annoncé

" Le pouvoir vivant est insupportable au peuple ; il ne sait aimer que les morts". (Boris, Boris Godounov, Alexandre Pouchkine)

Lorsqu’en 1824, Pouchkine entreprit avec Boris Godounov l’élaboration de son premier drame historique, il ne savait que trop à quel colosse il s’attaquait. C’est armé d’une lecture de Shakespeare qu’il se mesura au règne fulgurant du Tsar de toutes les Russies (1598-1605).

De fait, il y a du Macbeth dans cette fable politique, où Boris voit ressurgir, sous la forme d’un imposteur, le spectre de l’enfant qu’il avait fait assassiner pour conquérir le trône. S’emparant de ce poème épique, Moussorgski compose une réflexion sur la solitude du pouvoir, un drame populaire dont le véritable protagoniste est le peuple russe, avec son lot de souffrances éternelles. Déjà, Pouchkine s’interrogeait  : « Qu’est‑ce qu’une âme ? Une mélodie, peut‑être… »

L'histoire

Le Tsar Boris Godounov gouverne mais le pays sombre dans le chaos et la pauvreté. Un jeune moine vagabond, Grigori, se fait passer pour Dmitri le fils défunt de Boris Godounov et réussit à épouser Marina, une femme noble originaire de Pologne qui déguise sa volonté de puissance en amour passionné. Après avoir convaincu le roi de Pologne de sa légitimité, le faux Dmitri convainc les Polonais d'envahir la Russie. Boris,pris par la culpabilité et les remords et hanté par des hallucinations, sombre dans la folie et meurt en implorant la grâce divine.

Réalité historique, drame passionnel, l’œuvre de Pouchkine revêt une dimension dramatique où l'influence du Mc Beth de Shakespeare est ici pleinement assumée.

Du 7 juin au 12 juillet, l’Opéra National présente la version originale de 1869 (7 tableaux ). Rejetée par la censure impériale en février 1871, le compositeur russe livra donc une seconde version révisée en 1872 (en un prologue et 4 actes) qui fût créée le 8 février 1874 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

Dans cette tragédie humaine, qui traite de la perte d’un enfant mais aussi de la puissance et de la mort, l’univers 3.0 déployé par le metteur en scène Ivo van Hove entraîne les protagonistes dans un monde à la fois délirant, claustrophobique et mégalomane. L'incompréhension entre le tsar Boris hanté par la perte de son fils et du peuple russe mourant de faim conduit à une folie meurtrière.

Les vidéos projections sur un gigantesque écran LED signés Tal Yarden sont au centre de cette mise en scène à la fois sobre et très esthétique avec une extrême aisance entre un réalisme fantastique et onirique dans un décor unique. Un escalier central –monumental- est le témoin principal de ce drame historique criant de vérité. Cette nouvelle production est un triomphe annoncé pour plusieurs raisons : la présence de superstar telles Alexander Tsymbalyuk, magnifique voix basse dans le rôle titre, de la mezzo-soprano Evdokia Malevskaya (Fiodor ) et l’excellente soprano Ruzan Mantashyan (Xenia), la direction d’orchestre confiée à Vladimir Jurowski, ces magnifiques lumières signées et enfin la dramaturgie Jan Vanenhouwe pour le souffle et la précision de ses mises en scène cette façon de mettre à nue l’âme des personnages. Un triomphe annoncé.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Boris Godounov
Modeste Petrovitch Moussorgski
Opéra Bastille
Place de la Bastille
Parie 12e
du 7 juin au 12 juillet 2018
2h10 sans entracte
A partir de 55 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Reportage en Arménie - Micmag prochain départ en automne 2018 sur les routes du monde - Votre appui-Vos contacts : contact@micmag.net

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag prépare ses valises pour se rendre entre Asie et Eu...

Our photographer Michael Wagener in India send every month 1 picture

 ©Michael Wagener may-june 2018Travelling in India send us a picture of his big round the world !

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 27 janvier 2019, le Musée du Luxembourg propose une rétrospective d'Alphonse Mucha. Affiches, planches, peintures, photographies, bijoux, sculptures, pastels... sont à découvrir. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.
 
Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture AFRICA

Our photographer Michael Wagener in Africa send every month 1 picture from his trip around the world

Flora and Cherrelle From France. Both are living currently in Nairobi , but I met them at the Crazy Afrika Burn (the spirit of Nevada's famous Burning Man to Stonehenge Private Reserve). A electronic music festival in the Karoo desert of South Africa. ©Michael Wagener may 2018