- Lire - nouvelles

Histoires d’une époque où on pouvait rêver d’être jeune sans en demander la permission

Marie Torres - 28 avril 2015
Voici neuf récits qui reviennent sur le passé et les rêves de la génération de l’auteur chilien, Luis Sepúlveda. Une époque, les années 60, où la politique occupait une place primordiale dans la vie des jeune gens. Drôle et émouvant.

« On doit agir cette nuit car demain je pars à la campagne. Mon père a un petit champ de tomates et je dois me charger de la cueillette. Je passe vous prendre à minuit sur la place Santa Ana.

Je ne vois pas la relation entre une action révolutionnaire et les tomates de ton père, ai-je fait remarquer.

Il m’a répondu ;

Les tomates sont rouges. »

C’était dans les années 60. La jeunesse sud-américaine, et notamment chilienne, débordait de rêves. D’enthousiasme et d’illusions. Et tout, ou presque, était permis pour réaliser ses idéaux. Ou du mois, pour tenter de leur donner vie. Car, en ce temps-là, la jeunesse était courageuse, sérieuse et foncièrement sincère. Toujours prête à aider les « camarades » en difficulté. Elle pouvait braquer une banque pour financer une école… tout en chantant Blue Velvet pour rassurer les clients. Se tromper d’explosif ou encore utiliser de drôles d’armes…

« El Triste ouvrit la valise, sortit l’artillerie, devint plus pâle que d’habitude et fit un pas en arrière avant de parler :

Mais, Chico, qu’est-ce-que c’est que cette merde ! Une pétoire calibre 22, un revolver de la guerre d’indépendance et un pistolet en bois. Il est en bois, Chico !

Et alors ? En 1934 John Dillinger s’est enfui de la prison de Crown Point avec un flingue fabriqué avec du savon. Il a l’air vrai et on est les seuls à savoir qu’il est en bois. De plus on n’a l’intention de tuer personne.

Le maréchal Rommel a trompé les Anglais avec des tanks en carton-pâte réussit à dire el Flaco avant d’être fusillé du regard par el Triste.

De toute façon, je vois seulement trois flingues et nous sommes quatre, observa el Gordo. »

Des nouvelles pleines d’humour et de nostalgie pour nous rappeler un temps où on pouvait rêver « d’être jeune sans en demander la permission ». A savourer.

Lire aussi du même auteur, "J'écris, je raconte, je résiste"

Marie Torres
L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines
Luis Sepùlveda
Traduction Bertille Hausberg
Editions Métailié
16 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Installé à Rochefort, le Musée des Commerces d'autrefois propose une vingtaine de boutiques et d'ateliers du début du XXe siècle reconstitués à l’identique. Un voyage dans le temps. La plus riche collection française d'objets publicitaires. Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS

L'exposition "La légende dorée Bouddha" met en lumière la richesse des traditions iconographiques et stylistiques de la présentation de la vie du fondateur du bouddhisme, la quatrième religion au monde en nombre de fidèles, derrière le christianisme, l’islam et l’hindouisme. En savoir plus ici.


BRÈVES

"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."
 
Bansky à fond dans le marché !

Le travail de Banksy dans lequel les chimpanzés occupent le Parlement britannique pourrait battre le record de vente aux enchères le 3 octobre prochain à Londres.

 
Brexit, les auteurs britanniques se mobilisent

"Choisir le Brexit, c’est choisir de renoncer". 86 auteurs britanniques ont signé, mardi 21 mai, une tribune dans le Guardian contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

 
Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Le poison de Monsanto
La célèbre entreprise de pesticides a fiché des personnalités (journalistes, politiques) en France. Dans le but d'un vote favorable à l'assemblée sur un maintien cancérigène  du glyphosate sur le marché.