- Lire

Chez les marginaux du Montana

Marie Torres - 18 novembre 2016
Montana, début des années 80. Pete Snow, assistant social, vient en aide aux plus démunis, venus se terrer dans la Yaak Valley. Un roman très fort, quelque peu dérangeant, sur une Amérique qui préfère oublier ses marginaux.

« Les habitants du Yaak, dans leurs maisonnettes en carton goudronné et leurs cabanes en rondins inachevées, ne s’intéressaient pas à la politique – c’était de parfaits anarchistes. La plupart d’entre eux vivaient là parce que l’influence du gouvernement comptait pour quantité négligeable. Ils coupaient eux-mêmes leurs arbres pour faire du bois de chauffage. […] Certains d’entre eux étaient même hostiles à la distribution du courrier. »

Alors que l’Amérique se passionne pour le combat que mènent Jimmy Carter et Donald Reagan pour accéder à la Maison Blanche, des marginaux vivotent regroupés dans la Yaak Valley, loin des grandes agglomérations. Peter Snow est, lui, assistant social. Son combat quotidien : venir en aide à tous ces laissés pour compte. A tous ces shootés, ces ivrognes et, surtout, venir en aide à leurs enfants. C’est comme ça qu’il rencontre Benjamin, un gamin un peu plus paumé que les autres, méfiant et atteint du scorbut, et son père Jeremiah, un illuminé brisé par la vie ou cette junkie dont le fils a violé le chien…

Mais Peter parviendra-t-il à les sortir de leur enfer alors que sa propre vie part en vrille ? Son frère est recherché par la police et sa fille a fugué. N’était-il pas lui-même un cas social ?

« {…} tu en reviens à ton cas personnel, comme une paire de phares qui surgit dans ton rétroviseur la nuit, un sale présage qui te poursuit dans l’obscurité de l’autoroute. Un frère en cavale dans  l’Oregon […] Une fille au Texas à qui tu envoies des chèques. S’il lui arrive quelque chose, tu n’auras pas la conscience tranquille. […] Tu te dis : Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Tu te dis : Ca se vérifie toujours. »

Dans le décor grandiose de l’Etat du Montana, une histoire très forte et quelque peu dérangeante, celle des marginaux, des oubliés de l’Amérique des élites….

Marie Torres pour www.micmag.fr
Yaak Valley, Montana
Smith Henderson
Traduction Nathalie Peronny
Editions Belfond, Août 2016
23 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."