- Lire

Décadence fin de siècle

Marie Torres - 
Huysmans, Barbey d’Aurevilly, Lorrain, Bloy... On les a appelés les "Enervés de la Belle Epoque" ou les "Décadents". Ils ont, avec grand talent, condamné ce qu'ils pensaient être le déclin de la fin du XIXe siècle. C'est sur cette période que revient l'historien Michel Winock. Et c'est passionnant.

" Je suis l'empire à la fin de la décadence" écrit, en 1883, Verlaine. Et, il est vrai que si la fin du XIXe siècle voit le triomphe de la République, le début d'une nouvelle ère n'est pas du goût de tout le monde. Certains y voient l'annonce d'un déclin. D'une décadence.

Autres sujets de préoccupations : l'exode rural et l'immigation

"Il existe en effet deux façons de relater cette période : ou bien retracer la construction enfin réussie du régime républicain, ou alors inventorier les manifestations d'un sentiment largement partagé d'abaissement inéluctable. Un des premiers révélateurs de ce sentiment, la situation démographique le procure. La France est le pays d'Europe où l'accroissement de la population devient le plus lent."

Autres sujets de préoccupations : l'exode rural et l'immigation. En 1881, la France compte plus d'un million d'étrangers - dont de nombreux Italiens - sur une population de 37 600 000 habitants. Et la cohabitation est loin d'être idyllique.

Ajoutez-y quelques "catastrophes", comme la faillite de la banque Union Générale en 1882, l'Affaire Dreyfus dès 1894, l'incendie du Bazar de la Charité en 1897, l'essor du syndicalisme ou encore les débuts de l'émancipation de la femme... Sans oublier, l'Exposition Universelle et son "scandaleux" symbole, la Tour Eiffel, la Tour de Babel comme la baptise Léon Bloy...

On peut citer A rebours de Joris-Karl Huysmans

Bref, ces changements, les Français ne les voient pas tous d'un bon oeil ; les artistes, quant à eux, manifestent leur mécontentement et leur angoisse dans leurs oeuvres. Et c'est tant mieux : ils vont nous donner de véritables petits joyaux, tant dans le domaine de la littérature que dans celui des Beaux-Arts. On peut citer A rebours de Joris-Karl Huysmans, Les Diaboliques de Jules Barbey d'Aurevilly, Le journal d'une femme de chambre d'Octave Mirbeau ou Monsieur de Phocas de Jean Lorrain... mais il y a aussi Léon Bloy, Pierre Louÿs, Auguste Villiers de l'Isle-Adam, Louis-Adrien Péladan.... Côté peinture, Félicien Rops ou Gustave Moreau...

La liste est longue. Ils sont aussi nombreux que talentueux, ces "Enervés de la Belle Epoque". Mais Michel Winock, dans son passionnant essai "Décadence fin de siècle", les convoque tous et les replace dans leur époque, si riche en événements. Dans cette "fin de siècle". Un excellent ouvrage qui vous ravira et qui vous donnera envie de lire ou relire tant de grands auteurs... parfois injustement oubliés.

Marie Torres pour www.micmag.net
Décadence fin de siècle
Michel Winock
Collection L'Esprit de la cité, Gallimard, Octobre 2017
23 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Reportage en Arménie - Micmag prochain départ en automne 2018 sur les routes du monde - Votre appui-Vos contacts : contact@micmag.net

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag prépare ses valises pour se rendre entre Asie et Eu...

Our photographer Michael Wagener in India send every month 1 picture

 ©Michael Wagener may-june 2018Travelling in India send us a picture of his big round the world !

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 11 novembre prochain, l'Atelier des Lumières nous plonge, avec un parcours immersif, parmi les artistes majeurs de la Vienne impériale de la fin du XIX siècle. En tête de file, les oeuvres de Gustav Klimt. Une véritable féérie. En savoir plus, ici.

BRÈVES

Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.
 
Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.