- Lire

Bienvenue au palais de Minori… avec Stéphane Héaume,

Marie Torres - 25 novembre 2011
Un voyage dans l’univers de Stéphane Héaume ne se refuse jamais. Même s’il est court. C’est pourquoi on n’hésite pas à le suivre dans l’étrange palais de Minori, lieu où se déroule sa nouvelle "L’idole noire". Et on ne le regrette pas.

La dernière publication de Stéphane Héaume, "L’idole noire", est une histoire courte. Une nouvelle de 40 pages. Une petite douceur offerte à ses lecteurs pour les faire patienter entre son dernier roman "La nuit de Fort-Haggar"(2009) et le prochain, "Sheridan Square", qui paraîtra en février 2012. Peu importe. Son talent ne se mesure pas au nombre de pages. Car ce jeune monsieur, il n’a que 40 ans, a du talent. Au sens que l’on donne à ce mot lorsqu’il s’adresse à un Marcel Proust, un Jules Barbey d’Aurevilly ou encore un Oscar Wilde. Sa prose est délicate et riche. Elle échappe au vice moderne de ne présenter – très souvent - que des faits ennuyeux. Des faits divers. La réalité quotidienne. Et par là d’ailleurs, Stéphane Héaume rejoint l’auteur du "Portait de Dorian Gray" qui disait "A la littérature nous demandons distinction, charme, beauté et imagination".

Mais revenons à "l’Idole noire". L’histoire se déroule à l’intérieur du palais de Minori. C’est dans cet univers étrange que le narrateur, Hugo, est né et où il doit passer ses 18 premières années.

"Je n’ai pas connu d’autres terres, pas d’autres regards que ceux que portaient sur moi le Maître, sa gouvernante – ma mère – et son secrétaire particulier, le trop onctueux Joseph Mundorf".

L’intrigue, elle, tourne autour d’une gravure exécutée par le peintre tchèque Frantisek Kupka, "L’idole noire".

Alors, qui est l’énigmatique Maitre ? Quel lien unit les personnages ? Pourquoi, chaque jour, des visiteurs viennent-ils frapper à la porte du palais ? Que cache, ou du moins où se cache "l’idole noire" ? Lentement, Hugo lève les voiles du mystère.

"Jusqu’à cet hiver-là, jamais ne m’avait traversé l’idée que le principe de toute gravure portait en soi les signes du meurtre. Pointe du graveur ou dague du criminel, le résultat est le même : on soustrait. On supprime. Derrière le burin, le surin. Sous l’acide, le sang. Le grain de peau se mêle au grain de la résine. Dans les deux cas, le même mot d’ordre : supprimer. Le rapprochement est devenu évident le jour de ma dix-huitième année, ce jour funeste où il me fut permis, pour la première fois, enfin, de sortir du palais"

Téléchargeable sur Storylab



Marie Torres pour www.micmag.fr
L’idole noire
Stéphane Héaume
Editions du Moteur, 2011

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Combats Plasticiens : L'humanisme en héritage, trois peintres expressionnistes

Combats Plasticiens : L'humanisme en héritage, trois peintres expressionnistes

Juliette, Victor Hugo, mon fol amour

Du 7 au 30 juillet 2022 au théâtre des Corps Saints (Avignon).

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

VINTAGE & COLLECTIONS

Comment écrire une critique musicale
comme un pro

Journaliste en herbe, influenceur ou juste fan de musique... Vous aimeriez écrire une critique musicale mais vous ne savez pas par où commercer... Le guide "Comment écrire une critique musicale comme un pro", disponible gratuitement sur le Web, vous sera d'un grand secours... Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 12 juillet 2022
Gaudi

Le musée d’Orsay accueille la première grande exposition consacrée à Antoni Gaudí organisée en France à Paris depuis cinquante ans. Elle offre une nouvelle vision de l’artiste en tant que figure unique et singulière, un génie non isolé ayant exercé dans une Catalogne en plein bouleversements sociaux, politiques et urbanistiques. Pour en savoir plus, ici.

Musée d'Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur Paris 7e



BRÈVES

Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.

 
Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.