São Paulo - Musica

Criolo- révélation musique 2012: "Le Brésil est richissime, mais le peuple souffre encore beaucoup trop !"

Hélios Molina - 23 juin 2012
Avant son concert parisien, le chanteur Criolo, révélation 2012, se confie ouvertement à Micmag sur la politique, l'effervescence du Brésil, sa croissance folle. Voix fragile, sensibilité à fleur de peau, Criolo est bien plus qu'un poète urbain.

Interview exclusive Micmag

Micmag : Quelle image as-tu de Paris ?

Criolo : Il faudrait vivre dans le pays pour en savoir plus. Je sais que les personnes sont politisées, que c’est un berceau de culture mondiale. Le monde aime Paris,  dialoguer avec Paris. Et Paris dialogue avec le monde.

M : Tes textes ont-ils un message politique ?

C : Dès l’instant qu’il y a une tentative de dialogue, c’est déjà un acte politique. Je crois qu’il y a cette tentative dans ma musique.

M. : Mais le message est-il négatif ou positif ?

C :  L’idée de montrer combien l’être humain a de la force, qu’il est doté d’une énergie dont il peut en sortir avec des choses positives de tous ordres… Il y a de cela dans ma chanson, une valorisation de l’humain. De la vie.

M : Dans quelques-uns de tes clips, la fin est plutôt sombre. Serais-tu pessimiste ou réaliste en relation avec la violence au Brésil ?

 C : Je crois être réaliste. Parce que si j’étais pessimiste, je ne parlerais pas autant d’amour. Je serais en perdition dans mon cœur. L’unique certitude de la vie, c’est la mort !

 M : En Europe les économistes disent que le Brésil est dans une phase de croissance sans précédent. Est-ce une bonne chose ?

 C : Si c’est du développement pour quelque chose de bien c'est toujours bon à prendre.Mais nous sommes en train de parler d’un pays continent et les pourtours sont en ébullition avec de nouvelles idées et des tentatives d’améliorer le quotidien du citadin. C’est un signal que certaines choses vont vers l’avant mais à pas lent. 

M : Le Brésil est la sixième puissance mondiale, mais vit en même temps avec des problèmes sociaux importants. Où situer ce pays ? Dans un pays riche ? Pauvre ? 

C : Je crois que le pays est en train de vivre un moment particulier. Mais ces comptes-là, ces chiffres, ce ranking, ses équations, je ne parviens pas à les comprendre. Comment peut-il y avoir tant de souffrance dans le berceau de la démocratie, en Grèce par exemple. Tant de jeunes luttant pour des jours meilleurs et un peuple qui souffre tant. Le Brésil un pays très riche en ressources naturelles, dans la culture, les gens souffrent encore beaucoup. Je me sens impuissant devant cette réalité et totalement inapte pour parler de ces questions parce que je n'ai pas ces données dans mes mains et ces analyses sont tellement loin de la population !

M : Criolo, comment vis-tu ce succès si rapide ? Ton quotidien a-il beaucoup changé ?

C : Je continue à vivre de la même façon, je vais à ma roda de samba, vers mes joies et rester dans ma maison de Grajau (banlieue de São Paulo), avec mes parents, mon neveu de 4 ans, la joie de pouvoir partager des moments avec dj Dan Dan Dan est avec moi depuis 15 ans. Ce qui a changé c’est mon agenda de travail. Je suis très heureux de cette reconnaissance, mais je sais que tout dans la vie  est passager. Cela n’a rien changé, la joie pour moi est d’être avec les amis de toujours.

M : Ta première désillusion ?

C : Me rendre compte combien je suis médiocre.

M : Dirais-tu que ta musique est plus rap que funk ? Vers quoi tends-tu le plus ? Funk, afro beat, rap ?

C :  Pour chaque regard et pour chaque domaine, elle se manifeste différemment. Cela va de la samba, au carimbo, au rap qui est mon terreau, ma fierté.

Interview Hélios Molina

(Interview complète en portugais en cliquant ici.)

Criolo, un premier concert en France au Cabaret sauvage Paris le 3 juillet. Micmag est partenaire.

Criolo s’est vu décerner divers prix au prix en 2012 l’équivalent chez nous des « Victoires de la musique. »  (Prix du meilleur disque, prix du meilleur chanteur et prix révélation)


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net