05-12-2011 16:16:01

Le rock martien de Tom Waits est de retour

La canaille rédemptrice, le trapéziste du rock, le loup hurlant, le poète noctambule, le prestidigitateur, le coquin, le vieux fou, le compositeur des âmes perdues, celui qui ne se laisse asservir par rien ni par personne est de retour.

C’est un Tom Waits qui revient avec l’envie de poursuivre à donner du fil à retordre, de tout mettre sens dessus dessous. Il est de retour bien qu’il ne soit jamais parti. N'ayant produit aucune nouveauté durant sept années de silence, la dernière chose que nous ayons pu écouter de l’américain était un disque live Glitter and Doom et le fort recommandable Orphans : brawlers, bawlers & bastards, triple album dans lequel Waits rassemble des éléments majoritairement inédits de presque quatre décennies de carrière discographique. Cependant, et malgré l’apparente période stérile du compositeur, rien ne semble avoir changé dans l’univers Waits. Rock martien, blues râpeux et certains clins d’œil à l’art ancien du vaudeville continuent à passer par la moulinette artistique du musicien. "Je crois que toute cette divergence entre genres relève plus du marketing que d’autre chose", affirmait Tom, il y a peu , conscient du fait que sa musique a toujours joué sur le terrain de l’inclassable. C’est que l’artiste américain s’est révélé au fil des ans une véritable éponge au moment d’absorber les substances pour son abécédaire musical. Depuis ses débuts, dans les bas-fonds du blues et du jazz, jusqu’à ses premiers pas en tant que génie iconoclaste du rock avec des disques comme Swordfishtrombones et Rain Dogs, Waits a su garder sa marque, mettant au piquet tous ceux qui prétendaient le mettre dans une case. Cette intention prévaut dans Bad As Me, un portrait de tout ce dont est capable l’américain. Dans ce dernier album, le blues de Chicago est empreint de musiques aux sonorités espagnoles ("Back In The Crowd"), puisque le californien s’associe à David Hidalgo, le chanteur de Los Lobos. Et ce n’est pas le seul musicien que l’artiste invite à sa petite fête privée. Keith Richards, autre légende de la musique, met sa guitare au service de Waits dans diverses chansons de Bad As Me et dans un sursaut de nostalgie, il chante en duo "Last Leaf", un des thèmes les plus remarquables du LP. Nonobstant, s'il convient de mentionner les opus de l’album, ce sont les compositions dans lesquelles le poète met les pieds dans le plat, où il rit de lui-même, où il guette sa victime et l’attaque. Il en est ainsi dans le thème phare où Tom réinvente le blues en tant que munition. Il y a aussi "Hell Broke Luce" qui rappelle le Waits aux rythmes saccadés et industrieux et "Face To The Highway", dans lequel la voix paraît s’éloigner lentement vers l’horizon. Il devient même insolent avec "Satisfied", allant au-delà du thème mythique des Stones. Il est entendu qu’un bon combattant doit savoir tendre l’autre joue. "Talking At The Same Time", "Pay Me", "Kiss Me". Des mélodies qui pénètrent le cœur, des chansons pleines de charme et de volutes, des compositions que Waits semble fredonner depuis son propre cabaret nocturne. Un entracte pour un artiste qui ne semble pas vouloir abandonner le ring. Et c’est que Bad As Me nous rend le Waits le plus bagarreur, celui qui prend le chemin le plus direct vers la fin de la chanson. Appuyant sur l’accélérateur, l’artiste recommence à se perdre dans les confins. Et il le disait lui-même dans une interview lorsqu’on lui demandait si, en ce qui le concernait, la voiture était un bon endroit pour composer : "C'est une sensation de se laisser aller. Et tu bouges, comme bouge la chanson quand elle tourne dans la cassette". Toujours plus loin.


 
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

VINTAGE & COLLECTIONS

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


SORTIR À PARIS

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


BRÈVES

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)