Paris - Ciné

Argentine : Elvis ressuscité au cinéma

Brigitte Berganton - 23 janvier 2013
Sortie nationale en France du premier film du réalisateur Argentin Armando Bo, El Ultimo Elvis est aussi la première fiction inspirée du King. Un film vertigineux !
Carlos alias Elvis pour son Anniversaire à Graceland
















El Ultimo Elvis, premier long métrage du réalisateur, Armando Bo, issu de la publicité, co-scénariste d’Iñarritu (Biutiful) héritier d’une tradition familiale (petit fils et fils des acteurs, réalisateurs et producteurs Don Armando Bo et Victor Bo).

"Consacré à San Sébastian dans la section Horizontes Latinos"

Ce film sorti depuis avril en Argentine et le 16 janvier en France s’était fait remarquer à Toulouse (Festival CinéLatino) en obtenant le « Prix Découverte de la Critique » avant d’être consacré à San Sébastian dans la section Horizontes Latinos (septembre 2012). Ce film est un hommage à Elvis, la fiction d’un jeune réalisateur Argentin, premier exemple en son genre, à une star américaine incontournable dans l’histoire de la musique, le dernier Roi du Rock’n’Roll. Sachant qu’Elvis s’était lui-même adonné au 7è art, dès les 50’s, avant même de partir à la guerre et qu’il participera par la suite à de nombreux films (malheureusement souvent assez mauvais, choix pas très judicieux sous l’influence du Colonel Tom Parker) qui contribueront néanmoins à son succès musical.

Architecte de métier,  fan d’Elvis...

La surprise d’El Ultimo Elvis, c’est l’acteur lui-même qui incarne Elvis alias Carlos Gutiérrez, ouvrier manutentionnaire de la banlieue de Buenos Aires. Sosie d’Elvis, il est fasciné par sa personnalité et son destin jusqu’à un surréalisme poétique, désespéré et jusqu’au-boutiste, proche d’une espèce de shizophrénie. L’acteur choisi finalement par le réalisateur, John Mc Inerny, n’est pas un professionnel. Architecte de métier, il est en revanche un authentique fan d’Elvis. Et il a finalement remporté le rôle, non pas grâce à sa ressemblance physique avec le King mais en fonction de la connaissance de son répertoire, de sa vie et surtout de ses interprétations musicales.

Le personnage du film, sosie Argentin d’Elvis, donne la nuit des concerts dans des lieux souvent minables ou dépeuplés avec passion, revêtu des tenues de scènes de la star, qui tournent souvent à la caricature, rappellant Elvis lors de sa décadence. Pourtant, ce portrait d’une vie odinaire (ouvrier solitaire et désargenté, à l’étroit dans son existence qu’il transcende par procuration), divorcé et paumé et dont la mère est mourante a une fille appellée Lisa Marie comme celle du King, faite de parallélismes et de mimétisme avec celle d’Elvis, reste touchante, dans l’empathie et l’émotion. Elle livre un univers inattendu (en allant chercher son maigre cachet, il toise au passage Mick Jagger, Iggy Pop ou Freddie Mercury, d’autres sosies), empreint d’une fatale nostalgie.

Puis, le scénario offre un virage surprenant lorsque Carlos-Elvis, déterminé comme jamais, après avoir annoncé qu’il préparait de grandes choses prend un avion pour Graceland, la mythique propriété du King achetée en 57.

Il est lui aussi à l’aube de son 42è anniversaire !...

Il ne nous reste plus qu’à écouter la version de Always on my mind par John Mc Inerny et de courir voir le film !!

Brigitte Berganton



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

EVENEMENTS

EXPOSITIONS


Paris Grand Palais - A partir du 26 mars
Mapplethorpe, provocateur de génie !
Robert Mapplethorpe est-il toujours subversif? Après Helmut Newton, le Grand Palais expose 250 œuvres du photographe américain, mort du sida en 1989.

VIDEO DU MOIS

6 young happy Iranians dancing in this video are in jail in Teheran & arrested on May 20!


DOSSIER DU MOIS

L'interminable conflit israélo-palestinien
Le conflit israélo-palestinien qui oppose la Palestine à Israël a débuté le 14 mai 1948…  jour de la création de l’Etat d’Israël. Depuis, à part quelques rares et courts répits, ce conflit ne cesse de déchirer les deux peuples. Ouvrages, témoignages, vidéos pour tenter de comprendre. Lire la suite...

Grand angle - Reportage photo

NEWSLETTER

NOUVELLES LECTURES


Ioan quitte les Cévennes, où il s’était tapi après la mort de son fils, pour retrouver son petit-fils disparu dans Barcelone. Marginaux, artistes, anarchistes, de squat en squat, « el abuelo » ne finira-t-il pas par se perdre lui-même dans les trous de la mémoire ? Amitié, révolte et poésie. Lire la suite...

COLLABORATEURS MICMAG

Nous recherchons des collaborateurs

En savoir plus

Les Services Micmag

Micmag est un magazine fait de générosité. Faites entendre sa voix !

Deux moyens pratiques de nous soutenir : 

- Devenez mécène ou sponsor.

Ce mécanisme vous permet de nous aider tout en bénéficiant d’une déduction fiscale :  L’association Micmag vous permet de nous faire des dons et de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant versé. Vous pouvez effectuer un don ponctuel ou mensuel.

Tous les dons à Micmag vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable*.

Si vous donnez 100 euros vous déduisez de vos impôts 66 euros. Il vous en coûtera seulement 34 euros.

Envoyez vos chèques à : Micmag - Maison des associations, 15 passage Ramey - 75018 Paris. France