- Film documentaire

Film- Federica Montseny, la tumultueuse anarchiste ressurgit

Hélios Molina - 26 avril 2016
Elle fut militante anarchiste, ministre de la Santé de 1936 à 1937 en Espagne (et première ministre femme en Europe). Durant son mandat l’avortement fut légalisé en Catalogne. Elle instaure des lieux d’accueil pour orphelins, du travail pour les handicapés, des lieux de réinsertion pour prostituées.

Photo de Federica Montseny haranguant la foule. Doc. Marmitafilms.

Federica Montseny (1905-1994) fut écrivain, militante anarchiste, ministre de la Santé en 1936 et 1937 en Espagne (et première ministre femme en Europe). Durant son mandat l’avortement fut légalisé en Catalogne. Elle instaure des lieux d’accueil pour orphelins, du travail pour les handicapés, des lieux de réinsertion pour prostituées. 

Le film de Jean Michel-Rodrigo qui retrace la vie de l’un des personnages important de la Guerre civile espagnole (1936-1939) et de l’exil était plus que nécessaire. Un document éducatif qui pourrait servir d’exemple et donner lieu à débat, pour une jeune génération qui cherche de tous côtés quelles références avoir, quelles leçons tirer de l'histoire, et quel autre monde construire. Federica la tumultueuse anarchiste qui prône dans ses meetings, avant et après 1936, le collectivisme et le syndicalisme révolutionnaire comme force populaire, le pouvoir de l’assemblée, le troc comme monnaie d’échange, des délégués politiques éjectables, le refus de tout parti politique, entre dans un gouvernement.

Malgré les dissensions et les théories libertaires opposées à ce principe, elle se joint à un gouvernement de gauche. Ce qui pourrait apparaître, aux yeux de certains militants, comme un renoncement personnel aux idées défendues. Mais la dame, première ministre femme en Europe, se fait respecter par son charisme et fonce sans se soucier des attaques. La guerre civile fait rage dans le pays. Les anarchistes sont en première ligne en tant que force militante conséquente (la CNT a plus de 1,5 millions d’adhérents). La Catalogne en un jour met en échec le coup d’état militaire du 18 juillet 1936. Hommes et femmes constituent une colonne armée, partent en Aragon (1) et stoppent l'avancée des franquistes. Dans ses visions de la guerre, Federica la clairvoyante prône une guerre de guérilla et non pas une guerre frontale : « Nous n’avons pas l’armement qu’il faut pour résister face à Hitler et à Mussolini. »

Une loi sur l'avortement quarante ans avant l'initiative de Simone Weil

Les civils comme les historiens retiennent surtout de la dame, sa loi sur l’avortement, quarante ans avant l’initiative de Simone Weil en France. L’énergique oratrice, depuis son ministère, se lance aussi dans la protection des orphelins, dans la réinsertion des  prostituées, des handicapés (pour leur octroyer un travail). Elle met en place des opérations d’alphabétisation jusque sur le front.

Pendant ce temps, ce qui est déployé par les libertaires, c’est une véritable révolution sociale, une autogestion des moyens de production qui fait peur à Moscou. L’expérience, unique au monde, prend fin avec l’avancée des troupes fascistes. Fin d’un rêve ! Le cauchemar commence. Les anarchistes détestent les privilèges et les grades. Et Federica, en 1939, franchit comme beaucoup d’autres les Pyrénées à pied.

Dans la France plutôt rance de l’époque, la vie de Federica est difficile. Son compagnon est emprisonné. Enceinte, elle est à deux doigts de se faire expulser et renvoyer en Espagne. Durant le restant de sa vie en France, elle tentera par la culture et le militantisme de maintenir la flamme d’un mouvement altruiste qui prôna le féminisme, l’écologie, le naturisme, le végétarisme, un monde sans hiérarques, une économie solidaire. Albert Camus, fasciné par cet exemple ibérique, dira lors d'une rencontre à Toulouse : "Chapeau les Espagnols pour ce que vous avez réalisé !" Des notions qui encore aujourd’hui ont du mal à se faire entendre.

Hélios Molina pour micmag.net

(1) En Aragon, la colonne Durruti partie de Barcelone, arrête l'avancée des troupes franquistes en 1936.

« Federica Montseny, l’indomptable », un film de Jean-Michel Rodrigo de 52 min. Prod. : Marmitafilms. www.marmitafilms.fr

Film visible sur Bordeaux vendredi 10 juin 2016 à 19h30 à l’Athénée Municipal, Place Saint-Christoly – 33 000 Bordeaux Entrée libre, dans la limite des places disponibles

"Le mouvement anarchiste de l'époque est d'une richesse démentielle"

Quatre questions au réalisateur du film Jean-Michel Rodrigo

Micmag : Vous avez fait combien de films ? J.-M. Rodrigo : Une quarantaine. Avec une ligne éditoriale de films qui donnent à réfléchir. Des choses insolites comme aujourd'hui Federica Montseny. Je cherche des histoires méconnues, avec un apport culturel et sociétal.

M : Connaissiez-vous toutes ces histoires de la guerre civile espagnole ? JMR : Très mal. Je vais caricaturer : les anarchistes avaient été importants. Comme ils avaient été anticléricaux, ils avaient dû tenter de violer des bonnes soeurs. Et en même temps, ils avaient été victime des hommes de main de Moscou qui avaient tout fait pour étouffer la révolution espagnole. Si j'exagère moins, je savais qu'ils avaient fait des choses dans le monde du travail : des coopératives. Je ne connaissais absolument pas cette incroyable ouverture d'esprit dans l'amour, la liberté sexuelle.

M : Federica Montseny, vous la connaissiez avant d'aborder le sujet ?

JMR : À peine. Je savais qu'il y avait eu une femme chez les anarchistes qui était devenue ministre au cours de la révolution espagnole. Je ne savais pas que cette famille Esgleas (nom de famille du mari de Frederica) avait cette obsession pour la culture, les idées nouvelles, l'éducation... une chose extraordinaire. Je pense que peu de gens le savent.

M : Que retiendrez-vous de tous ce travail, l'essence de tout ça ?

JMR : Le mouvement anarchiste de l'époque est d'une richesse démentielle parce que c'est la biodiversité à l'échelle de la pensée humaine. Une biodiversité qui existe dans peu de courants de pensée.


Propos recueillis par Hélios Molina pour www. Micmag.net



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Paysages, monuments, châteaux, personnages…Au fil du temps, la boule à neige a tout « englobé et enneigé » et, de simple souvenir de vacances, est devenue objet de collection très recherché.  Comment ? Pourquoi ? Petit historique et rencontre avec le mystérieux « Môssieur Gustave » et avec Liliane David, peintre de boules à neige.

SORTIR À PARIS

Du 14 novembre 2017 au 1er avril 2018, le Musée du Quai Branly - Jacques Chirac -, présente l'exposition Le Pérou avant les Incas et lève le voile sur les bases de la civilisation préhispanique. Près de 300 pièces de céramique pour mieux comprendre les cultures anciennes des Cupisniques, Mochicas, Chimús, Lambayeques... Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Méga foire d'armes en Floride après massacre
Quatre jours après le massacre dans un lycée par un jeune de 19 ans, la méga foire où l'on peut acheter l'arme en toute liberté qui a servit au massacre.
 
Bolloré réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement"
L'homme d'affaire Vincent Bolloré  qui a plusieurs médias dans son viseur, réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement" suite à la publication d'un livre-enquête sur ses méthodes en Afrique et ailleurs. 
 
Nuit de la lecture
Des milliers d’animations  dans les librairies  sur l’ensemble du territoire samedi 20 janvier pour une  2e Nuit entièrement dédiée à la lecture. Plus ici.
 
Garcia Marquez en ligne
Les archives de Gabriel Garcia Marquez sont gratuitement en ligne, soit quelque 27500 documents, des photos mais aussi une dizaine de manuscrits et autant de carnets, ainsi que 2000 lettres. Pour y accéder, ici.
 
"Trou de merde"
Donald Trump qualifie  de "trou de merde" Haïti devant des sénateurs à la Maison Blanche. Nos récents reportages en Haïti démontrent que ce pays est hautement plus respectueux que ces propos tenus.