Paris-Figueras-Los Angeles - 

Attention aux arnaques : fausses Lithographies de Salvador Dali !

Hélios Moiina - 
Tant de fausses lithographies ont, en effet, été lancés sur la place publique que même les originaux sont dévalués. Et les moyens d’authentifier un original sont si aléatoires qu’il vaut mieux s’abstenir de tout achat... Retour sur les Vrais-faux, les faux-vrais et les faux -faux.

Avis aux amateurs : les lithos de Dali sont à leur prix- plancher...

Tant de faux ont, en effet, été lancés sur la place publique que même les originaux sont dévalués. Et les moyens d’authentifier un original sont si aléatoires qu’il vaut mieux s’abstenir de tout achat... Quarante millions de dollars, c’est le chiffre des bénéfices encaissés par les 7 “ Center Art Galleries ” d’Honolulu à Hawaï dans les années 1990 où Américains et Japonais s’approvisionnent à tour de bras en “authentiques” faux de Dali.

Si l’oeuvre de “Avida Dollars”, comme l’avait surnommé Breton, a donné naissance, à d’énormes flux monétaires, le phénomène ne prend toute son ampleur qu’à travers l’industrie de la reproduction. Au début des années 80, commence en effet à se développer une véritable industrie parallèle de fausses lithographies, fabriquées en France puis commercialisées à travers les grands circuits touristiques jusqu’en Amérique, au Japon et à Hawaï... Récemment encore, l’AFP annonçait le démantèlement d’une filière suédoise ! Le marché de la fausse lithographie dalinienne comporte en fait 4 niveaux différents :

-  Les “ vrais-faux ” : il s’agit d’une image authentique dont la signature n’est pas celle de Dali.

-  Les “ faux-vrais ”, où l’image falsifiée est éditée sur du papier pré-signé par le maître (ceci dans le meilleur des cas puisqu’il en a signé seulement 17 500 exemplaires en blanc).

-  Les “ faux-faux ”, où l’image piratée s’assortit d’une fausse signature.

'- Le 4ème type est constitué de photo-mécaniques à grand tirage, qui ne sont en fait que de simples posters’ dont la valeur marchande se limite au prix de l’encre, du papier... et de la marge bénéficiaire !

Helios Molina


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

SORTIR À PARIS

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net