- Vintage

La fève, un sujet de convoitise...

Marie Torres - 5 janvier 2017
A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses.

A peine les fêtes de fin d’année terminées, les galettes feuilletées ou les couronnes briochées apparaissent dans toutes les boulangeries et pâtisseries. Très attendues par les gourmets, elles le sont aussi par les collectionneurs car, au fil du temps, le petit sujet glissé dans leur pâte est devenu un véritable objet de collection.

« Au cours des années, cette tradition est devenue familiale et la fève s’est peu à peu transformée »

« Enfouir une fève dans une galette est une tradition qui remonte aux Romains. C’est ainsi que durant les Saturnales, ils élisaient le roi de la fête. Pourquoi le choix d’une fève ? Parce que cette légumineuse était très importante pour eux, c’est le premier légume qui pousse au printemps, signe de vie et de renouveau. Au cours des années, cette tradition est devenue familiale et la fève s’est peu à peu transformée : elle a pris des formes et des couleurs variées et est devenue un objet de collection. »

Et, Michelle sait de quoi elle parle : elle ne possède pas moins de 800 fèves ! Une habitude qui lui vient de son enfance. « Au début, je les conservais pour leur éviter de finir au fond d’un tiroir puis, un jour de grand rangement, dans la poubelle ! Et puis, dans une brocante, j’ai vu qu’il en existait beaucoup plus que je ne l’imaginais. En faïence, en porcelaine, en métal et sur de nombreux thèmes, c’est là que j’ai décidé de devenir fabophile, collectionneuse de fèves. »

Et c’est vrai qu’ils sont jolis ces petits sujets, divers et colorés, bien loin des premiers « bébés emmaillotés ». Comment sont-ils fabriqués ? Elodie travaille dans les ateliers des Fèves de Clamecy.

« Il y a trente ans, Jean-François Colas, alors à la tête de la faïencerie, partageait la galette des rois avec l’équipe, lorsqu’ils sont tombés sur la fève en plastique, pas très jolie, ils se sont dit qu’ils pouvaient en créer une en faïence, décorée et rehaussée. Voilà comment a débuté la saga fève de nos ateliers ! Depuis, nous travaillons chaque année sur de nouvelles collections en restant à l’écoute des demandes des artisans boulangers et pâtissiers qui désirent se démarquer de la grande distribution. »

« Nous fabriquons entre 400 000 et 450 000 fèves par an ! »

Et même si, en général, on achète des galettes pendant deux voire trois semaines, la fabrication des fèves est, elle, beaucoup plus longue que ce qu’on pourrait penser….

« Pour vous faire une idée, nous avons déjà commencé à travailler sur la collection 2018. En fait, entre la création et la fabrication, il se passe une année et demi… Nous devons être prêts dès janvier, pour être présent sur les salons des professionnels et leur présenter nos prototypes et prendre leurs commandes car certaines grandes maisons nous demandent du sur-mesure…. » Et, au final ? « Nous fabriquons entre 400 000 et 450 000 fèves par collection ! » résume Elodie. Un petit chiffre par rapport à la quantité colossale produite pour la grande distribution.

Et, bien sûr, les collectionneurs, pardon les fabophiles, peuvent se rendre sur le site de la faïencerie pour découvrir - et commander - les nouvelles collections et les précédentes. De très beaux objets... à découvrir ici

1
2
3
4
5
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
    Photo Fèves de Clamecy Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Reportage en Arménie - Micmag prochain départ en automne 2018 sur les routes du monde - Votre appui-Vos contacts : contact@micmag.net

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag prépare ses valises pour se rendre entre Asie et Eu...

Our photographer Michael Wagener in India send every month 1 picture

 ©Michael Wagener may-june 2018Travelling in India send us a picture of his big round the world !

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 11 novembre prochain, l'Atelier des Lumières nous plonge, avec un parcours immersif, parmi les artistes majeurs de la Vienne impériale de la fin du XIX siècle. En tête de file, les oeuvres de Gustav Klimt. Une véritable féérie. En savoir plus, ici.

BRÈVES

Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.
 
Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.