- Vintage

La fève, un sujet de convoitise...

Marie Torres - 5 janvier 2017
A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses.

A peine les fêtes de fin d’année terminées, les galettes feuilletées ou les couronnes briochées apparaissent dans toutes les boulangeries et pâtisseries. Très attendues par les gourmets, elles le sont aussi par les collectionneurs car, au fil du temps, le petit sujet glissé dans leur pâte est devenu un véritable objet de collection.

« Au cours des années, cette tradition est devenue familiale et la fève s’est peu à peu transformée »

« Enfouir une fève dans une galette est une tradition qui remonte aux Romains. C’est ainsi que durant les Saturnales, ils élisaient le roi de la fête. Pourquoi le choix d’une fève ? Parce que cette légumineuse était très importante pour eux, c’est le premier légume qui pousse au printemps, signe de vie et de renouveau. Au cours des années, cette tradition est devenue familiale et la fève s’est peu à peu transformée : elle a pris des formes et des couleurs variées et est devenue un objet de collection. »

Et, Michelle sait de quoi elle parle : elle ne possède pas moins de 800 fèves ! Une habitude qui lui vient de son enfance. « Au début, je les conservais pour leur éviter de finir au fond d’un tiroir puis, un jour de grand rangement, dans la poubelle ! Et puis, dans une brocante, j’ai vu qu’il en existait beaucoup plus que je ne l’imaginais. En faïence, en porcelaine, en métal et sur de nombreux thèmes, c’est là que j’ai décidé de devenir fabophile, collectionneuse de fèves. »

Et c’est vrai qu’ils sont jolis ces petits sujets, divers et colorés, bien loin des premiers « bébés emmaillotés ». Comment sont-ils fabriqués ? Elodie travaille dans les ateliers des Fèves de Clamecy.

« Il y a trente ans, Jean-François Colas, alors à la tête de la faïencerie, partageait la galette des rois avec l’équipe, lorsqu’ils sont tombés sur la fève en plastique, pas très jolie, ils se sont dit qu’ils pouvaient en créer une en faïence, décorée et rehaussée. Voilà comment a débuté la saga fève de nos ateliers ! Depuis, nous travaillons chaque année sur de nouvelles collections en restant à l’écoute des demandes des artisans boulangers et pâtissiers qui désirent se démarquer de la grande distribution. »

« Nous fabriquons entre 400 000 et 450 000 fèves par an ! »

Et même si, en général, on achète des galettes pendant deux voire trois semaines, la fabrication des fèves est, elle, beaucoup plus longue que ce qu’on pourrait penser….

« Pour vous faire une idée, nous avons déjà commencé à travailler sur la collection 2018. En fait, entre la création et la fabrication, il se passe une année et demi… Nous devons être prêts dès janvier, pour être présent sur les salons des professionnels et leur présenter nos prototypes et prendre leurs commandes car certaines grandes maisons nous demandent du sur-mesure…. » Et, au final ? « Nous fabriquons entre 400 000 et 450 000 fèves par collection ! » résume Elodie. Un petit chiffre par rapport à la quantité colossale produite pour la grande distribution.

Et, bien sûr, les collectionneurs, pardon les fabophiles, peuvent se rendre sur le site de la faïencerie pour découvrir - et commander - les nouvelles collections et les précédentes. De très beaux objets... à découvrir ici

1
2
3
4
5
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
    Photo Fèves de Clamecy Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

SORTIR À PARIS

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."