- Vintage

La fève, un sujet de convoitise...

Marie Torres - 5 janvier 2017
A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses.

A peine les fêtes de fin d’année terminées, les galettes feuilletées ou les couronnes briochées apparaissent dans toutes les boulangeries et pâtisseries. Très attendues par les gourmets, elles le sont aussi par les collectionneurs car, au fil du temps, le petit sujet glissé dans leur pâte est devenu un véritable objet de collection.

« Au cours des années, cette tradition est devenue familiale et la fève s’est peu à peu transformée »

« Enfouir une fève dans une galette est une tradition qui remonte aux Romains. C’est ainsi que durant les Saturnales, ils élisaient le roi de la fête. Pourquoi le choix d’une fève ? Parce que cette légumineuse était très importante pour eux, c’est le premier légume qui pousse au printemps, signe de vie et de renouveau. Au cours des années, cette tradition est devenue familiale et la fève s’est peu à peu transformée : elle a pris des formes et des couleurs variées et est devenue un objet de collection. »

Et, Michelle sait de quoi elle parle : elle ne possède pas moins de 800 fèves ! Une habitude qui lui vient de son enfance. « Au début, je les conservais pour leur éviter de finir au fond d’un tiroir puis, un jour de grand rangement, dans la poubelle ! Et puis, dans une brocante, j’ai vu qu’il en existait beaucoup plus que je ne l’imaginais. En faïence, en porcelaine, en métal et sur de nombreux thèmes, c’est là que j’ai décidé de devenir fabophile, collectionneuse de fèves. »

Et c’est vrai qu’ils sont jolis ces petits sujets, divers et colorés, bien loin des premiers « bébés emmaillotés ». Comment sont-ils fabriqués ? Elodie travaille dans les ateliers des Fèves de Clamecy.

« Il y a trente ans, Jean-François Colas, alors à la tête de la faïencerie, partageait la galette des rois avec l’équipe, lorsqu’ils sont tombés sur la fève en plastique, pas très jolie, ils se sont dit qu’ils pouvaient en créer une en faïence, décorée et rehaussée. Voilà comment a débuté la saga fève de nos ateliers ! Depuis, nous travaillons chaque année sur de nouvelles collections en restant à l’écoute des demandes des artisans boulangers et pâtissiers qui désirent se démarquer de la grande distribution. »

« Nous fabriquons entre 400 000 et 450 000 fèves par an ! »

Et même si, en général, on achète des galettes pendant deux voire trois semaines, la fabrication des fèves est, elle, beaucoup plus longue que ce qu’on pourrait penser….

« Pour vous faire une idée, nous avons déjà commencé à travailler sur la collection 2018. En fait, entre la création et la fabrication, il se passe une année et demi… Nous devons être prêts dès janvier, pour être présent sur les salons des professionnels et leur présenter nos prototypes et prendre leurs commandes car certaines grandes maisons nous demandent du sur-mesure…. » Et, au final ? « Nous fabriquons entre 400 000 et 450 000 fèves par collection ! » résume Elodie. Un petit chiffre par rapport à la quantité colossale produite pour la grande distribution.

Et, bien sûr, les collectionneurs, pardon les fabophiles, peuvent se rendre sur le site de la faïencerie pour découvrir - et commander - les nouvelles collections et les précédentes. De très beaux objets... à découvrir ici

1
2
3
4
5
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy
    Photo Fèves de Clamecy Photo Fèves de Clamecy
  • Photo Fèves de Clamecy

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Avec ses quelque 1 200 pièces, Stéphane Faucourt est en possession de l’une des plus importantes collections européennes de produits et documents dérivés de la saga « Star Wars ». Il est aussi l'auteur de livres de référence sur le sujet. La suite, ici.

SORTIR À PARIS

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brexit, les auteurs britanniques se mobilisent

"Choisir le Brexit, c’est choisir de renoncer". 86 auteurs britanniques ont signé, mardi 21 mai, une tribune dans le Guardian contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

 
Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Le poison de Monsanto
La célèbre entreprise de pesticides a fiché des personnalités (journalistes, politiques) en France. Dans le but d'un vote favorable à l'assemblée sur un maintien cancérigène  du glyphosate sur le marché.
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !