Brésil - Voix Libre

BILLET D'HUMEUR – São Paulo / Rio : sœurs ennemies ?

Le petitjournalpoint.com - 28 décembre 2013
Les rivalités entre grandes villes se retrouvent dans le monde entier. A New York s'oppose Los Angeles, Paris à Marseille, Rome à Turin... A ma droite Rio, 446 ans, ses plages de sable fin, le Corcovado.. A ma gauche, São Paulo, 457 ans, ses grandes avenues, ses hommes en costard-cravate…

Les Paulistes vont diront que Rio est une ville extrêmement dangereuse, que les Cariocas sont des arnaqueurs et que Rio c'est bien pour les vacances, mais pour y vivre, non merci. Les Cariocas à l'inverse prétendent que São Paulo est bien plus risquée, que la vie y est horrible, que les Paulistes sont désagréables et ont un accent irritant. Par contre, pour un meilleur poste, ils seraient prêts à quitter leur ville, certes mais à contre-cœur. Et lorsqu'un étranger arrive au Brésil, un des premiers dilemmes qu'il doit affronter est : vivre à São Paulo ou à Rio ? 

Quand on arrive en ville

 Les deux villes sont complètement différentes, et au bout d'une heure sur leur sol, les impressions sont opposées. Rio vous en met plein la vue dès le début, à peine sorti de l'avion on est amoureux, "love at first sight"... La mer, les morros, la végétation tropicale. Pour un Européen, la Cidade Maravilhosa fait un effet bœuf. Elle vous transporte instantanément dans un autre monde. La vie y paraît douce, les gens pas pressés. "Plage et cocotier" en quelque sorte...
São Paulo, terra da Garoa (petite pluie fine) - si ce n'était pas perdu d'avance avec ce surnom - est, au contraire, une ville qui est repoussante de prime abord. On remarque souvent d'abord l'anarchisme architectural, le bruit, les embouteillages, le ciel gris. Elle n'est ni charmante ni séductrice, elle doit s'apprivoiser. Mais très vite, on se rend compte que sa beauté réside ailleurs, dans son dynamisme. Il faut dépasser la première impression pour la savourer, elle ne veut pas de tous ceux qui sont venus au Brésil uniquement pour la plage et le soleil. São Paulo vit à 100 à l'heure, elle est carriériste et travailleuse. 

Deux villes, deux Brésils

 Quelques éclairages historiques permettent de mieux comprendre cette rivalité entre les deux villes, qui sont nées dans des contextes totalement différents. La première a été fondée par des navigateurs portugais, a été la capitale du pays pendant 200 ans et a même accueilli pendant un temps l'Empereur du Portugal. Elle est depuis longtemps une destination touristique prisée et accueille la jet-set. La seconde a été fondée quelques années auparavant par des jésuites en mission, et s'est dès le début imposée comme centre économique. Il faut toutefois attendre le XXème siècle et l'immigration massive pour qu'elle prenne véritablement de l'ampleur.
Rio, après un court passage à vide, semble avoir repris du poil de la bête et ne plus être simplement le "vieux beau" -  vivant sur ses acquis - qu'elle était il y a quelques années. La musique garde une large place, elle voit naître de nombreux artistes de la MPB  et de la Bossa Nova. Et surtout, Rio reste magnifique avec ses vieux quartiers et son soleil de plomb. São Paulo, malgré sa grisaille, jouit d'une activité économique sans égal, faisant d'elle un pôle en la matière pour toute l'Amérique Latine. À cela s'ajoute une vie culturelle épatante ; sur le site de l'Estadão, un internaute a défini la ville comme "l' endroit où il y a plus d'expositions que le temps ne vous permet d'en voir".

La victoire revient à...

 Dans l'impossibilité de statuer objectivement, habitant à São Paulo, mais sous le charme de Rio, je ne suis visiblement pas la seule dans cette situation. J'ai choisi, volontairement, d'éviter les sujets qui fâchent à savoir : l'accent, le football, la musique, le carnaval ... Je laisse Tom Jobim conclure, avec deux chansons dédiée aux deux villes :

Samba de Aviao

Te amo Sao Paulo



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net