Brésil - Voix Libre

BILLET D'HUMEUR – São Paulo / Rio : sœurs ennemies ?

Le petitjournalpoint.com - 28 décembre 2013
Les rivalités entre grandes villes se retrouvent dans le monde entier. A New York s'oppose Los Angeles, Paris à Marseille, Rome à Turin... A ma droite Rio, 446 ans, ses plages de sable fin, le Corcovado.. A ma gauche, São Paulo, 457 ans, ses grandes avenues, ses hommes en costard-cravate…

Les Paulistes vont diront que Rio est une ville extrêmement dangereuse, que les Cariocas sont des arnaqueurs et que Rio c'est bien pour les vacances, mais pour y vivre, non merci. Les Cariocas à l'inverse prétendent que São Paulo est bien plus risquée, que la vie y est horrible, que les Paulistes sont désagréables et ont un accent irritant. Par contre, pour un meilleur poste, ils seraient prêts à quitter leur ville, certes mais à contre-cœur. Et lorsqu'un étranger arrive au Brésil, un des premiers dilemmes qu'il doit affronter est : vivre à São Paulo ou à Rio ? 

Quand on arrive en ville

 Les deux villes sont complètement différentes, et au bout d'une heure sur leur sol, les impressions sont opposées. Rio vous en met plein la vue dès le début, à peine sorti de l'avion on est amoureux, "love at first sight"... La mer, les morros, la végétation tropicale. Pour un Européen, la Cidade Maravilhosa fait un effet bœuf. Elle vous transporte instantanément dans un autre monde. La vie y paraît douce, les gens pas pressés. "Plage et cocotier" en quelque sorte...
São Paulo, terra da Garoa (petite pluie fine) - si ce n'était pas perdu d'avance avec ce surnom - est, au contraire, une ville qui est repoussante de prime abord. On remarque souvent d'abord l'anarchisme architectural, le bruit, les embouteillages, le ciel gris. Elle n'est ni charmante ni séductrice, elle doit s'apprivoiser. Mais très vite, on se rend compte que sa beauté réside ailleurs, dans son dynamisme. Il faut dépasser la première impression pour la savourer, elle ne veut pas de tous ceux qui sont venus au Brésil uniquement pour la plage et le soleil. São Paulo vit à 100 à l'heure, elle est carriériste et travailleuse. 

Deux villes, deux Brésils

 Quelques éclairages historiques permettent de mieux comprendre cette rivalité entre les deux villes, qui sont nées dans des contextes totalement différents. La première a été fondée par des navigateurs portugais, a été la capitale du pays pendant 200 ans et a même accueilli pendant un temps l'Empereur du Portugal. Elle est depuis longtemps une destination touristique prisée et accueille la jet-set. La seconde a été fondée quelques années auparavant par des jésuites en mission, et s'est dès le début imposée comme centre économique. Il faut toutefois attendre le XXème siècle et l'immigration massive pour qu'elle prenne véritablement de l'ampleur.
Rio, après un court passage à vide, semble avoir repris du poil de la bête et ne plus être simplement le "vieux beau" -  vivant sur ses acquis - qu'elle était il y a quelques années. La musique garde une large place, elle voit naître de nombreux artistes de la MPB  et de la Bossa Nova. Et surtout, Rio reste magnifique avec ses vieux quartiers et son soleil de plomb. São Paulo, malgré sa grisaille, jouit d'une activité économique sans égal, faisant d'elle un pôle en la matière pour toute l'Amérique Latine. À cela s'ajoute une vie culturelle épatante ; sur le site de l'Estadão, un internaute a défini la ville comme "l' endroit où il y a plus d'expositions que le temps ne vous permet d'en voir".

La victoire revient à...

 Dans l'impossibilité de statuer objectivement, habitant à São Paulo, mais sous le charme de Rio, je ne suis visiblement pas la seule dans cette situation. J'ai choisi, volontairement, d'éviter les sujets qui fâchent à savoir : l'accent, le football, la musique, le carnaval ... Je laisse Tom Jobim conclure, avec deux chansons dédiée aux deux villes :

Samba de Aviao

Te amo Sao Paulo



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

VINTAGE & COLLECTIONS

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


SORTIR À PARIS

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


BRÈVES

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)