São Paulo, Brésil - Musique

Gaby Amarantos interpreta Clementina de Jesus : Cantoras do Brasil saison 1 - 10ème épisode

Stephane de Langenhagen - 25 février 2013
Choisie pour ce 10ème épisode de la série, Gaby Amarantos, la reine de la Tecnobrega et grande révélation 2012, justifie plus que jamais sa présence parmi les Cantoras do Brasil en rendant hommage à une autre reine afro-brésilienne, petite fille d'esclaves, Clementina de Jesus.
Photo : Chris Valias
10ème épisode de la série Cantoras do Brasil : Gaby Amarantos interpreta Clementina de Jesus

Révélée sur le tard à plus de 60 ans, Clementina de Jesus, petite fille d'esclaves, originaire de l'état de Rio, a fait l'unanimité dans la mémoire des brésiliens, pour son apport immense au rapprochement des cultures africaines et brésiliennes, et son parcours social qui impose le respect. Une voix chevrotante mais profondément ancrée dans les rites des Orixas, l'admiration de ses pairs, des albums aux côtés de Pixinguinha, Nelson Cavaquinho, Cartola, ou Paulinho da Viola, ont définitivement placé celle qu'on surnommait parfois affectueusement Mãe (Maman) au panthéon des chanteuses brésiliennes du 20 ème siècle.

D'abord affublée du titre de la Beyoncé du Pará, Gaby Amarantos, native des faubourgs de Belém, et grande révélation de l'année 2012 au Brésil, est beaucoup plus qu'une reine aux tenues extravagantes de la Tecnobrega, mouvement musical du nord du pays qu'elle a largement contribué à faire connaître dans le monde entier. Le swing latin et les arrangements pop boîtes à rythme extrêmement réussis ont fait de "Treme" un excellent premier album, qui a bénéficié en plus de la reconnaissance de la scène carioca, paulista et mineira. Sa voix aux confins des afro-sambas est actuellement une des plus convoitées, à juste titre.


© Tous droits réservés Canal Brasil

 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net