- Lire

Le temps passe, les blessures restent...

Marie Torres - 4 janvier 2017
Après « La tristesse du Samouraï », « La maison des chagrins » ou encore « Toutes les vagues de l’océan », le Barcelonais Victor del Arbol revient en force avec un grand roman sur l’identité, les remords, la vengeance mais aussi le pardon et l’amour. Et c’est magnifique, comme toujours !

Il n’y a pas vraiment de « héros » dans cette histoire mais plutôt plusieurs personnages-clé. Des personnages au passé lourd, victimes de pédophile ou de tortures dans les prisons argentines. Parmi eux, l’inspecteur de police Germinal Ibarra. Cinquante-trois ans, marié et père d’un enfant atteint d’une maladie rare, le syndrome de Williams. Ibarra a fait, trois ans plus tôt, la Une de toute la presse espagnole et a même été distingué par sa hiérarchie pour avoir résolu l’affaire Amanda, la « petite disparue de Malaga ». La petite-fille d’un riche industriel.

Mais tout cela est du passé. Depuis, il a été accusé, à juste titre, d’avoir fait justice lui-même. D’avoir fait ce que d’autres auraient dû faire. D’avoir tué, de façon inavouable, l’homoncule, le pédophile responsable de la mort d’Amanda.

« Il dégaina son Beretta et frappa l’homoncule à la tête à coups de crosse. Une, deux, trois, cinq fois consécutives… Mais sa rage ne se calmait pas. Et il continua à frapper avec hargne, comme s’il s’agissait d’une vengeance. Il ne pensait plus à cette fille assassinée. Il pensait à un autre enfant, à un autre lieu, à un autre temps. Un temps lointain, mais qui le tourmentait tous les jours de sa vie. »

Quand le récit débute, Ibarra est sur la route. L’hôpital de La Corogne vient de l’appeler : une femme gravement blessée le demande. Cette femme n’est autre que la mère de la petite fille assassinée quelques années plus tôt. Que lui est-il arrivé ? Pourquoi veut-elle parler à l’inspecteur ? Les réponses sont dans le passé, le passé tout proche de la jeune femme. Et, on y pénètre pour découvrir des personnages marqués par les stigmates de leur histoire : disparition d’un enfant, incendie, troubles mentaux, guerre des Malouines

Et si vous pensez que cette histoire risque d’être complexe ou compliquée, vous vous trompez. Victor del Arbol est, depuis longtemps, passé maître dans l’art de transporter son lecteur entre présent et passé. Sans turbulences. Expert, qu’il est, dans la technique de construire ses histoires, pièce après pièce, comme de grands puzzles ; de négliger aucun de ses personnages et d’introduire dans son récit quelques touches, ça et là, de poésie. De légèreté. Un air de Vivaldi, Bach ou Haendel. Un poème de Juan Gelman ou encore l’évocation furtive de La Montagne magique de Thomas Mann ou de Ulysse de James Joyce… Et Victor del Arbol montre une fois de plus qu'il est l'une des grandes et belles plumes de la littérature contemporaine espagnole.

Le rencontrer...

A lire aussi…


Marie Torres pour www.micmag.fr
La veille de presque tout
Victor del Arbol
Traduction de Claude Bleton
Editions Actes Sud, 4 janvier 2017
22, 50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Mundo vintage (clicar no título)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Destaques de París

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Notícias

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)