- Lire

Le temps passe, les blessures restent...

Marie Torres - 4 janvier 2017
Après « La tristesse du Samouraï », « La maison des chagrins » ou encore « Toutes les vagues de l’océan », le Barcelonais Victor del Arbol revient en force avec un grand roman sur l’identité, les remords, la vengeance mais aussi le pardon et l’amour. Et c’est magnifique, comme toujours !

Il n’y a pas vraiment de « héros » dans cette histoire mais plutôt plusieurs personnages-clé. Des personnages au passé lourd, victimes de pédophile ou de tortures dans les prisons argentines. Parmi eux, l’inspecteur de police Germinal Ibarra. Cinquante-trois ans, marié et père d’un enfant atteint d’une maladie rare, le syndrome de Williams. Ibarra a fait, trois ans plus tôt, la Une de toute la presse espagnole et a même été distingué par sa hiérarchie pour avoir résolu l’affaire Amanda, la « petite disparue de Malaga ». La petite-fille d’un riche industriel.

Mais tout cela est du passé. Depuis, il a été accusé, à juste titre, d’avoir fait justice lui-même. D’avoir fait ce que d’autres auraient dû faire. D’avoir tué, de façon inavouable, l’homoncule, le pédophile responsable de la mort d’Amanda.

« Il dégaina son Beretta et frappa l’homoncule à la tête à coups de crosse. Une, deux, trois, cinq fois consécutives… Mais sa rage ne se calmait pas. Et il continua à frapper avec hargne, comme s’il s’agissait d’une vengeance. Il ne pensait plus à cette fille assassinée. Il pensait à un autre enfant, à un autre lieu, à un autre temps. Un temps lointain, mais qui le tourmentait tous les jours de sa vie. »

Quand le récit débute, Ibarra est sur la route. L’hôpital de La Corogne vient de l’appeler : une femme gravement blessée le demande. Cette femme n’est autre que la mère de la petite fille assassinée quelques années plus tôt. Que lui est-il arrivé ? Pourquoi veut-elle parler à l’inspecteur ? Les réponses sont dans le passé, le passé tout proche de la jeune femme. Et, on y pénètre pour découvrir des personnages marqués par les stigmates de leur histoire : disparition d’un enfant, incendie, troubles mentaux, guerre des Malouines

Et si vous pensez que cette histoire risque d’être complexe ou compliquée, vous vous trompez. Victor del Arbol est, depuis longtemps, passé maître dans l’art de transporter son lecteur entre présent et passé. Sans turbulences. Expert, qu’il est, dans la technique de construire ses histoires, pièce après pièce, comme de grands puzzles ; de négliger aucun de ses personnages et d’introduire dans son récit quelques touches, ça et là, de poésie. De légèreté. Un air de Vivaldi, Bach ou Haendel. Un poème de Juan Gelman ou encore l’évocation furtive de La Montagne magique de Thomas Mann ou de Ulysse de James Joyce… Et Victor del Arbol montre une fois de plus qu'il est l'une des grandes et belles plumes de la littérature contemporaine espagnole.

Le rencontrer...

A lire aussi…


Marie Torres pour www.micmag.fr
La veille de presque tout
Victor del Arbol
Traduction de Claude Bleton
Editions Actes Sud, 4 janvier 2017
22, 50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

Vintage world (Click on the title)

(Re) découvrez les grands tubes anglo saxons des années 50, 60, 70, 80... et les anecdotes et histoires qui les entourent... Cette semaine London Calling des Clash/



Going out in Paris

Présentée dans la salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville du 9 octobre au 19 décembre, Cette rétrospective est la première consacrée à l’œuvre de Cabu. Un hommage joyeux à celui qui fut l’un des plus talentueux et populaires dessinateurs de presse de sa génération. L'entrée est gratuite. Pour en savoir plus, ici.

News flash

Du fric dans le slip du sénateur brésilien
De l'argent destiné à la lutte pour la pandémie détourné par un sénateur brésilien caché dans son slip. Un proche de mister Bolsonaro !
 
Une petite pensée pour...
Si un détraqué ne l'avait pas assassiné le 8 décembre 1980 à New York, John Lennon aurait eu 80 ans aujourd'hui (9 octobre).
 
Marvin Gaye bat les Beatles parmi les meilleurs disques de tous les temps

 Marvin devient une valeur sûre ! Le rock est en perte de vitesse et le rap s'envole dans les ventes chez les disquaires de la planète


 
Secret : Almodovar et son prochain film
"La Voix Humaine" est le prochain film de Pedro Almodóvar avec Tilda Swinton
L'adaptation de la pièce de Jean Cocteau sera présenté au festival de Venise et il est fort probable que ce soit un court-métrage

 
Sortie du film "White Riot

Fin des années 70, Royaume-Uni. Face à la montée de l’extrême- droite nationaliste et raciste, né le Rock Against Racism qui, avec The Clash, va réconcilier sur des rythmes punk, rock ou reggae les communautés d’un pays en crise. Voir la bande-annonce, ici.