Paris - Agenda

Simon Boccanegra prêt à envouter Opéra Bastille !

Jean-Christophe Mary - 14 novembre 2018
Dans un décor de vaisseau fantôme Calixto Bieito, le plus shakespearien des metteurs en scène d’opéra, offre humanisme et vérité à cette oeuvre hantée de scintillantes images maritimes.

Au XIVe siècle, Gênes est déchirée par les luttes entre patriciens et plébéiens. Nommé Doge à la succession de Fiesco, patricien détesté, le corsaire Simon Boccanegra espère retrouver Maria, la fille de celui-ci, qu’il a aimée autrefois. Fiesco, sachant que Maria est morte, décrète qu’il leur accordera son pardon le jour où Simon lui restituera sa petite-fille, Amelia, fruit des amours coupables de Simon et Maria. Simon découvre le corps sans vie de cette dernière.

Côté public, Simon Boccanegra raconte le destin tragique d’un homme de pouvoir, touché par la vertu et le sens du bien public. Côté privé, Verdi aborde les relations d’un père et sa fille à travers un amour total.

La mise en scène de Calixto Bieito traduit avec brio l’atmosphère ténébreuse et tragique de l’œuvre. Pour cette œuvre, il a imaginé une mise en scène sobre qui nous projette dans les ménadres de la psyché de Simon Boccanégra, un homme qui lutte transcendé par les retrouvailles avec sa fille et l’amour né de leur relation. Les éclairages tamisés dans une demi pénombre, le décors imaginé par Suzanne Gschwender, une gigantesque coque de paquebot éventrée faite d’escaliers, de ponts et poutres métalliques, suggèrent une forme de totale désolation. L’intrigue progresse en intensité dramatique à travers ce décor monté sur un plateau tournant où se détachent projetéssur écran géant les visages de Simon et Maria Boccanegra.

Dans ce drame de sang et de pouvoir, Ludovic Tezier incarne un Simon Boccanegra fier, plein d’assurance dans la première partie. Manipulé par l’intriguant Paolo, le personnage de Simon se fait plus politique et vertueux malgré l’amertume qui le ronge et l’empoisonnement dont il sera victime. Jusqu’au dénouement, le marin a gardera l’intérêt du peuple en tête. La voix est puissante, dotée d’une belle brillance. Dans la scène finale, Ludovic Tezier pontue ses phrases mélodiques d’une gestuelle faite de tremblements et de soubresauts. Ce jeu souligne la progression du poison qui le ronge intensifie le potentiel dramatique.

Déchiré par une passion dévorante, le personnage de Maria Boccanegra (Amelia Grimaldi) campé par Anita Hartig au timbre identifiable entre mille, nous colle des frissons de bout en bout. Mika Karesendosse lui le rôle Fieco avec de très belles basses et une grande aisance scénique. On retiendra aussi ces magnifqiues scènes de foule très animées les choristes de l’Opéra de Paris. Dans ces rapports père/fille qui forme le nœud dramaturgique decette œuvre puissante difficile de ne pas voir une correspondance avec la vie du compositeur qui perdit sa propre fille en bas âge. Pensez à réserver.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Simon Boccanegra
Verdi
Opéra Bastille.
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. 0892 89 90 90. À 19 h 30.
Jusqu'au 13 décembre 2018
2 H 50 avec entracte
A partir de 144,50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)