- Agenda

Lady Macbeth de Mzensk : l’opéra sulfureux de Dmitri Chostakovitch

Jean- Christophe Mary - 4 avril 2019
Du projet initial de Chostakovitch – consacrer une trilogie aux destins tragiques de femmes russes à travers les âges – ne demeura qu’un opéra coup-de-poing : Lady Macbeth de Mzensk. A voir du 6 au 22 avril 2019 à l'Opéra de Paris.

"Du projet initial de Chostakovitch – consacrer une trilogie aux destins tragiques de femmes russes à travers les âges – ne demeura qu’un opéra coup-de-poing : Lady Macbeth de Mzensk. S’il est l’un des puissants ressorts de l’oeuvre, l’intertexte shakespearien est ici bien amer : contrairement à Lady Macbeth, Katerina Ismailova – qui, dans la Russie profonde du XIXe siècle, tombe amoureuse d’un employé de son mari et sera finalement acculée au suicide – est moins manipulatrice que victime d’une société violente et patriarcale. Krzysztof Warlikowski libère aujourd’hui la force de subversion de cette oeuvre brûlante et scandaleuse, qui a marqué les premières années de l’Opéra Bastille".

Attention ! Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties. Voilà l’avertissement que l’on peut lire en préambule en entrant dans la salle.

Et on confirme : l’opéra de Dmitri Chostakovitch et Alexandre Preis inspiré du roman de Nikolaï Leskov est un choc auditif autant que visuel.

Dès les premières notes, on comprend mieux pourquoi cette œuvre crée en 1934 fût jugée « dégénérée" par le pouvoir Stalinien et interdite pendant trente ans en Union Soviétique.

Le rideau de scène se lève sur le décor froid d’un abattoir. Les lumières se tamisent sur cette chaine automatique où pendent des quartier de bœuf. Le mécanisme entre en action quand un à un les ouvriers gagnent les les tables à découper où se dressent des morceaux de viande sans âme, éclairés par la lumière blafarde de gigantesques néons. Le décor est planté pour accueillir une vague de sexe et de violence durant trois heures. Une chose est sûre : le metteur en Krzysztof Warlikowski n'a pas choisi d'édulcorer le propos de cette oeuvre qui fût remaniée en 1962 « gommant » ainsi des parties jugées parfois trop sulfureuses. Mais là c’est bien de la version originale dont il s’agit.

Cette mise en espace réaliste et onirique nous offre une vision très noire de la nature humaine où cruauté, trahison, adultère vont submerger le spectateur tout au long des quatre actes et neuf tableaux. Scènes de viol, de fellation, de masturbation ou de copulation, toutes plus explicites les unes que les autres, scènes de passage à tabac et d’assassinat plus vraies que natures, on assiste pantelant à une succession de tableaux saisissants. La scène du viol collectif d’Aksinya menée par Seguei et un petit groupe d’ouvriers est terrifiante de réalisme. Le meurtre du mari orchestré par Katerina et Serguei obéit à cette même sauvagerie. La vison de son corps emballé dans une bâche plastique, puis suspendu sur la chaine d’abattage entre les carcasses d’aloyaux, nous saisit d’effroi. On salue la force inouïe des images provoquée par le metteur en scène qui surligne la crudité des mots et la symphonie musicale de l’œuvre.

Côté voix, le ténor tchèque Pavel Černoch costumé en "macadam cow-boy" illustre à merveille le côté rustre de Sergueï. Le chant de John Daszak qui endosse le rôle de Zinovy Borisovich Ismailov possède une signature vocale identifiable dès les premières mesures. L’interprétation de la soprano Aušrinė Stundytė dans le rôle de Katerina est absolument remarquable. Voix ample et puissante dès les premières mesures, son jeu plein de ferveur est confondant de vraisemblance, De bout en bout, elle exprime ici son cri de la chair, son besoin d’amour et de sensualité. Enfermée dans la prison des femmes, ce goulag où ruisselle la peur, l’attachement aveugle qu'elle éprouve à l'égard de Sergueï ne peut que nous émouvoir. L’engagement qu’elle imprime dans le rôle est sans bornes, comme si elle chantait là pour la dernière fois.

On salue également la performance vocale du chœur de l’opéra de Paris sous la direction de José Luis Basso d’une puissance dramatique exceptionnelle. A la tête de l’orchestre, Ingo Metzmacher assure le tempo, modèle les phrasés de cette « symphonie de chambre » qui oscille entre l’éloquence tragique de la scène finale et la verve caustique propre Chostakovitch. Un triomphe assuré !

Jean-Christophe Mary
Lady Macbeth
3h25 avec 1 entracte
Du 6 au 22 avril 2019
Langue : Russe
Surtitrage français/anglais
De 85 à 180 euros
Opéra de Paris
Place de l'Opéra
Paris 9e

Du 6 au 25 avril 2019
opéra National de Paris

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Vintage world (Click on the title)

La Saint Valentin dans tous ses états !

 La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... Lire la suite, ici.

Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)
 
Il y a 60 ans, les Stones sortaient leur premier 45 T
Le 7 juin 1963, les Rolling Stones sortaient leur premier 45 t, "Come On" une adaptation de Chuck Berry. Le 31 juillet, il atteint la 21e place des hit-parades. L'incroyable histoire des Stones est en marche… Elle roule toujours... Lire plus, ici.