- Musique

Bertrand Belin "Tambour Vision" : un album esthétique planant et dansant

Jean-Christophe Mary - 24 juin 2022
Electro pop esthétique, poésie sombre ciselée au millimètre, timbre grave qui rappelle Bashung, dès la première écoute, on tombe vite sous le charme de "Tambour Vision" le nouvel album de Bertrand Belin.
Le créateur de « Parcs » (2013), « Cap Waller » (2015), « Persona » (2019) continue à produire dans sa cuisine intérieure, une pop electro-jazzy, poétique et langoureuse dont il a seul le secret. En sortant aujourd’hui  « Tambour Vision », Bertrand Belin persiste et signe dans une voie toujours aussi charnelle qu’organique.

Si d’entrée, l’œil est attiré par la pochette, en forme de clin d’œil aérein au clocher du Vertigo d’Alfred Hitchcock, Bertrand Belin nous offre une plongée en eaux profondes, une descente en apnée dans la langueur d’une bande son séduisante, qui conjugue à la fois raffinement des Talking Heads et l’esthétisme d’Alain Bashung. Les notes glissent, s’enfoncent vers les territoires d’une longue rêverie avec une certaine saveur rétro romantique avec ces envolées de saxophone, ces glissendo de synthétiseurs new wave 80's.

D’entrée, « Carnaval » nous attire doucement vers une sorte de somnolence légère. Cette pulse chaloupée, provoquée par la boite à rythme et le clavier hypnotique, nous invite à nous étendre sur le sofa et ouvrir la porte de rêves aquatiques. « Que dalle » nous fait encore descendre un peu plus bas en apnée, avec ses nappes de claviers cristallines, rehaussées d’un sax lointain comme des bulles d’air qui voguent au gré de l’instant. « Tambour » vous renvoie en surface pour une bonne bouffée d’oxygène avant la redescente finale. Musique nonchalante, texte à géométrie variable, ce titre entêtant et dissonant s’écoute en boucle et rappelle l’univers d’Alain Bashung. Ce qui frappe ici c'est l'économie de mots, une sélection exigeante de mots imagés, de mots forts qui frappent l'oreille, de mots répétés à l'infini.

 La suite de l’album est une véritable plongée dans l'univers des fonds aquatiques avec ses respirations portées par la voix baryton basse pleine de chaleur. Sur « T'as vu sa figure », on glisse, on coule à pic pour s’enfoncer vers les territoires de l'étrange, sans savoir si on touchera le fond. Le breton conjugue avec talent les influences jazz, rock, electro et fabrique une bande son à l'atmosphère unique où viennent se greffer guitares gracieuses, synthétiseurs analogiques, beat machines, voix soufflées et autres sons surprenants. Construite avec grâce et intelligence, la musique de Bertrand Belin agit comme un calmant anti dépresseur. Derrière l’apparente désinvolture et nonchalance, il y a de l'ordre et de la rigueur, derrière l’apparente tranquillité, une certaine présence sulfureuse. Ce nouvel album à contre courant est un étonnant exercice de style qui risque en surprendre plus d'un. Et forcement, nous on adore. A noter que Bertrand Belin sera en concert à la Salle Pleyel le 9 décembre 2022.


Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Tambour Vision
Bertrand Belin
17,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)