- Musique

PORCUPINE TREE - Closure / Continuation : un son prog rock pop venu tout droit des 70’s.

Jean-Christophe Mary - 26 juillet 2022
Vous cherchiez le chaînon manquant entre Pink Ployd et Marillion? On en est franchement pas très loin. Toujours est-il, ce rock metal progressif 70’s et ces harmonies vocales de haute volée sont un pur régal.

Que serait la pop sans le renouvellement de la mélodie, sans cette recherche perpétuelle pour faire évoluer le son, les harmonies, les arrangements, bref pour faire sonner la musique différemment ? Trente ans tout rond que les anglais de Porcupine Tree travaillent à la manière des musiciens des 70’s. Eux sont plus préoccupés par la création d’une belle toile sonore à l'image des concepts albums que faisaient autrefois les ou les Beatles, Frank Zappa, Pink Floyd, que par la course au tube.

Sur « Closure / Continuation » vous ne trouverez pas de refrains à chanter sous la douche, mais vous serez sous le charme d’une superbe cathédrale sonore aux sonorités aériennes, entrecoupées de guitares aiguisées, mordantes souvent hargneuses. Le quartet emmené par Steven Wilson (guitare, voix) et Richard Barbieri (claviers), Colin Edwin (basse), Gavin Harrison (batterie), incarne ce lyrisme britannique avec ces voix chantées et parlées qui s’envolent en voix de têtes haut perchées, ces synthés vintage d’un autre temps, ces moments d’accalmies avant les montées d’adrénaline.

L’album s’ouvre sur « Harridan » avec une basse funk grondante vite appuyée par les syncopes rythmiques de Gavin Harrison. Très fluide, le jeu de basse apporte un contraste tonal, textural et dynamique à la texture prog rock faite de guitares tranchantes et de claviers atmosphériques. « Of the New Day …» est une « ballade de l'espace » , qui alterne entre sérénité et puissance sonore avec l’apport de ces guitares hurlantes qui montent en spirale puis redescedent, brouillant les pistes et les harmonies avant de revenir à la mélodie souple initiale. Avec « Rats Return » on entre dans le dur avec cette mélodie suave, ces couplets atmosphériques un brin effrayants, entrecoupés de guitares tranchantes qui déchiquètent l’espace. Le titre suivant « Dignity » oscille entre Pink Floyd et David Bowie 70's avec ce petit côté  « Space Oddity », ces petites nappes flottantes rehaussées de guitares lyriques. Voix rêveuses, guitares psychédéliques, synthés 70’s, « Herd Culling » possède une attaque percutante avec cette batterie funky syncopée, ces effets vocaux superposés, ces bips sonores d’une autre époque.

Pour conclure l’album, « Chimera's Wreck », longue plage de 10 minutes est un croisement d’influences qui vont de Rush à Jethro Tull avec cette guitare et ce piano acoustique qui s'entrelacent derrière la basse urgente et pressante et la batterie syncopée et tremblotante. Ici le style dramatique et emphatique fonctionne à plein entre aérations musicales et folie destructive. On pense bien sûr aux Pink Floyd, mais à King Crimson aussi. L’amateur de rock progressif y trouvera aussi son compte avec ces belles mélodies aussi comme l’émouvant « Walk The Plank » et le très planant « Dignity » qui porte bien son nom. Côté rythmiques, l’énergie est omni présente. Mention spéciale pour le batteur Gavin Harrison qui maîtrise parfaitement son instrument entre belles descentes de toms et ruptures de rythmes efficaces. On a hâte de découvrir live ce bel équilibre au Zénith de Paris, le 2 novembre prochain.
 


Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)