- Lire

Nid de vipères

Marie Torres - 16 juillet 2018
Le comptable Cosimo Barletta, un homme odieux et répugnant, est retrouvé mort chez lui. Il s'avère qu'il a été assassiné... deux fois. Une enquête compliquée, pleine de rebondissements, s'offre à la fine équipe du commissariat de Vigàta. Un polar comme on les aime. A mettre dans sa valise.

"Un 'micide il y eut ! Fazio est allé là maintenant sur les lieux ! Il voulait que vosseigneurie aussi allât sur les lieux en l'accompagnant ! C'est pour ça que je vous téléphonai à vous chez votre maison au tout petit matin !"

Les fidèles du commissaire Montalbano auront bien sûr reconnu la prose estropiée de Catarella. Son agitation chaque fois qu'il s'adresse à "vosseigneurie" Montalbano...

Alors que s'est-il passé, ce matin-là, dans le commissariat de Vigàta ? Comme a tenté de l'expliquer l'agent Catarella, un homicide a été commis et Fazio est sur place. Le commissaire le rejoint à la Villa Mariella. La victime, le comptable Cosimo Barletta, a été tué d'une balle à la nuque alors qu'il prenait son petit-déjeûner. Si aucune trace d'effraction n'est relevée, il paraît évident qu'une femme a passé la nuit avec lui.

L'enquête débute. Montalbano, Fazio mais aussi Augello fouillent dans la vie du comptable. Et ce qu'ils découvrent n'est pas joli joli. L'homme, veuf depuis plusieurs années, aimait les "jeunettes" dont il se fatiguait rapidement. Une collection immortalisée par des photos... très intimes. De plus, Barletta était un usurier qui avait ruiné bien des malheureux. Les suspects se bousculent... d'autant que la victime avait deux enfants, Arturo, qu'il voulait déshériter, et la belle Giovanna. L'affaire se complique lorsque la police découvre que le mort a été tué... deux fois.

Une fois de plus on pénètre, avec joie, dans le petit monde de Montalbano. Ses longues discussions avec ses deux adjoints, ses prises de bec avec son éternelle fiancée, Livia, ses repas à la trattoria d'Enzo et ses petits coups de griffes, au passage, à la société actuelle... Une enquête bien menée, bien structurée. Le polar de vos vacances.

Lire aussi

Une voix dans l'ombre

Serge Quadruppani : « Quand je traduis un auteur, Camilleri ou un autre, je me mets à son service »

 

Marie Torres pour www.micmag.net
Nid de vipères
Andrea Camilleri
Traduction Serge Quadruppani
Editions Fleuve Noir, Juin 2018
19,90 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

Salir en Paris (Pincha en el título)

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

Ultima hora

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."