- Lire

« On peut aimer un livre et ne pas s’en sentir l’éditeur potentiel »

Marie Torres - 19 août 2017
Il dirige les collections «Terre indienne» et «Terres d’Amérique» chez Albin Michel mais il est aussi fondateur et directeur de la librairie «Millepages» de Vincennes et fondateur du «Festival America». Rencontre avec Francis Geffard, grand amoureux de la littérature.
Francis Geffard © Jean-Luc Bertini

Micmag.net : Selon les chiffres du département du dépôt légal de la Bnf, en 2016, 77 986 titres ont été enregistrés. Chez Albin Michel combien de manuscrits sont annuellement, en moyenne, réceptionnés ? Combien sont publiés ?

Francis Geffard : En littérature française, ce sont environ 4000 manuscrits par an qui sont réceptionnés chez Albin Michel et il arrive qu’aucun ne soit retenu. Cette année, à la rentrée littéraire, sera publié le roman d’Emmanuelle Favier qui est arrivé par la poste.

En littérature étrangère, tous genres confondus, ce sont environ 1500 manuscrits qui sont reçus  chaque année. Pour ma part, je reçois environ 500 manuscrits rien que pour la littérature anglo-saxonne. Et j’en retiens à peine une dizaine chaque année.

M. : Vous dirigez, les collections «Terre indienne» et «Terres d’Amérique», comment sélectionne-t-on des textes étrangers ?

F. G. : Tout d’abord il faut les lire ou les faire lire. Ensuite c’est la singularité de la voix et de l’univers de l’auteur qui s’imposent. Au-delà d’un livre, il faut essayer de cerner l’œuvre à venir d’un écrivain et comment on peut l’accompagner. C’est une question de goût et d’intuition. Le plus souvent, on fait l’acquisition des droits d’un ouvrage avant même qu’il soit paru dans son pays d’origine si bien qu’on a peu d’éléments d’appréciation à part ce que l’on ressent en le lisant.

M. : Editer c’est faire des choix et c’est aussi prendre des risques, qu’est-ce qui vous pousse à défendre un titre ?

F. G. : On peut aimer un livre et ne pas s’en sentir l’éditeur potentiel. C’est là encore une question d’intuition et la décision finale s’impose presque naturellement. Ainsi pourra-t-on préférer un auteur moins parfait sur le plan technique et plus percutant sur le fond à un écrivain irréprochable sur le plan littéraire mais moins intéressant au bout du compte.

M. : Quel est la position d’Albin Michel par rapport au numérique ?

F. G. : Chaque nouveauté publiée dans la maison est disponible en version numérique. Comme tous les autres éditeurs, Albin Michel ne néglige aucun support de lecture et s’adapte à l’évolution des technologies.

M. : Comment voyez-vous l’avenir de la profession ?

F. G. : Tant qu’il y aura des gens pour qui la lecture est une activité irremplaçable, l’édition aura de l’avenir. C’est à nous tous de veiller à ce que les livres soient accessibles au plus grand nombre, à commencer par les enfants et les jeunes.

M. : Votre plus belle surprise d’éditeur ?

F. G. : C’est d’avoir donné envie à Anthony Doerr, après un séjour au Festival de St Malo en 2006, d’écrire un roman qui retrace l’histoire de cette ville pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce livre, c’est Toute la lumière que nous ne pouvons voir, et il a obtenu le prix Pullitzer en 2015.

M. : Vous êtes le fondateur et le directeur de la librairie Millepages de Vincennes, et aussi fondateur du Festival America, un grand amoureux de la littérature donc mais avez-vous le temps de lire en dehors de vos lectures «professionnelles» ?

F. G. : Il est difficile pour moi de trouver le temps de lire en dehors de mes centres d’intérêt éditoriaux. Je suis toujours animé de la volonté de découvrir de nouvelles voix et j’y consacre une bonne partie de mon énergie tout en y trouvant énormément de plaisir.

Pour en savoir plus sur Albin Michel, ici

A lire aussi

Le livre dans tous ses états !

« Le livre est à la fois une boîte de Pandore et une corne d’abondance » Laurence Schwalm, dirigeante-fondatrice des éditions Ex Aequo

« 15K propose chaque mois une nouvelle inédite d’un auteur contemporain francophone » , Dany Grard, fondatrice des éditions numérique 15K

« Lire permet de s'évader, de rêver, de réfléchir, de voir la vie autrement », Monique, lectrice assidue

Marie Torres pour www.micmag.net

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Souad Asla du groupe Lemma.au festival Arabofolie à Paris

LE Festival musical, des arts et des idéesde l’Institut du monde arabe7 au 16 juin 2019www.imarabe.org

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

VINTAGE & COLLECTIONS

Avec ses quelque 1 200 pièces, Stéphane Faucourt est en possession de l’une des plus importantes collections européennes de produits et documents dérivés de la saga « Star Wars ». Il est aussi l'auteur de livres de référence sur le sujet. La suite, ici.

SORTIR À PARIS

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Le poison de Monsanto
La célèbre entreprise de pesticides a fiché des personnalités (journalistes, politiques) en France. Dans le but d'un vote favorable à l'assemblée sur un maintien cancérigène  du glyphosate sur le marché.
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !