- Musique

" Live At The Wiltern " : le best of live des Stones enregistré dans l'intimité d'un petit théâtre

Jean-Christophe Mary - 10 mars 2024
Alors que les Stones s’apprêtent à reprendre la route des Stades en aux USA pour fêter leur 60 ans de carrière, leurs plus grands succès sont réunis dans ce "Stones Live At The Wiltern" enregistré en 2002.

Depuis le début des années 60, Mick Jagger, Keith Richards et Charlie Watts règnent sans partage sur un genre musical qu’ils sont les premiers à avoir façonné et inscrit dans le 20ème siècle. Avec leur sens de la fête, de la démesure (tournées gigantesques) les géniteurs de « Honky Tonk Woman » ont popularisé le rock ‘n’roll comme personne sur la planète.

« Live At The Wiltern » est un véritable « Best of » qui vient à nouveau couronner
leur immense carrière

En 2002, pour célébrer leur 40ème anniversaire, les Stones se lancèrent dans une tournée mondiale qui allait durer deux ans, donnant 117 concerts dans des arènes et stades à travers l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Australie et l’Asie. Mais ils donnèrent aussi une poignée de concerts intimes, comme ce lundi 4 novembre 2002 à Los Angeles au Wiltern Theatre, un chef d’œuvre Art Deco des années 30. Dans l’intimité de cette petite salle bondée, ils offrent alors aux fans leurs grands classiques mais aussi de nombreuses raretés. Au vu de la tracklist, « Live At The Wiltern » est un véritable « Best of » qui vient à nouveau couronner leur immense carrière. Comparé au DVD initialement sorti en 2003, les fans vont être comblés car les titres ont été entièrement remasterisés pour l’occasion et offrent à l’auditeur une qualité sonore absolument exceptionnelle.

Ce coffret ne faiblit à aucun moment durant les 21 titres présentés ici
. Des tubes rien que des tubes bien sûr, dont « Jumpin’ Jack Flash, Tumbling Dice, Brown Sugar, ou Start Me Up » que l’on réécoute avec un bonheur non feint. Aux côtés de Mick Jagger (chant, guitare), Keith Richards (guitare), Ronnie Wood et Charlie Watts on retrouve Darryl Jones (basse), Chuck Leavell (claviers, chœurs), Bobby Keys (saxophone), Bernard Fowler (chœurs), Lisa Fischer (chœurs), Blondie Chaplin (chœurs, guitare acoustique/percussions), Tim Ries (saxophone, claviers), Kent Smith
(trompette) et Michael Davis (trombone).

On jubile sur le son et le jeu de Charlie Watts

Mais le plus intéressant, c’est que l’objet regroupe pour la première fois des titres de nombreuses raretés, notamment « Stray Cat Blues », « No Expectations » ou une reprise enflammée de « Everybody Needs Somebody To Love » avec le légendaire Solomon Burke, co auteur de ce classique en de la soul (1964 ) et qui avait assuré la première partie ce soir-là. Il est d’ailleurs savoureux d’entendre et voir comment ce titre résonne ans ce club. Le groupe s’amuse à puiser dans le meilleur de leur répertoire sur quatre décennies, notamment certains titres rarement jouées sur scène comme ce « Can’t You Hear Me Knockin » de plus de dix minutes. On jubile sur le son et le jeu de Charlie Watts.

Comme l’explique si bien Keith Richards dans sa biographie « Life » : « la plupart des batteurs jouent les quatre temps sur la charleston, mais sur le deuxième et quatrième temps qui forment le backbeat un élément fondamental du rock’n’roll, Charlie s’arrête en position levée et il fait mine de le toucher et se retire. C’est donc la caisse claire qui domine à ce moment, au lieu de créer une interférence. Quand vous le regardez faire ça il y a de quoi chopper une arythmie cardiaque. On dirait qu’il suspend le tempo… ». Sans oublier ce très long passage instrumental où les musiciens font durer le plaisir, comme une longue jam de rock fusion jazz latino qui rappelle celles de Carlos Santana. Qu’est-ce que c’est bon de se laisser porter…

Ces 21 titres sont issus des 80 chansons que les Stones avaient sélectionnées lors de
cette longue tournée

On (re)découvre également des titres addictifs tels « Going to A Gogo y » porté par ce riff jouissif et immortel où les guitares cisaillent, se marient à la voix de Mick Jagger aux cuivres et aux chœurs, le rythm‘n’blues de « Bitch » où les claviers psychédéliques de Billy Preston, la guitare de Keith Richard et la section de cuivres se fondent en totale osmose. On apprécie la ballade de Keith Richards « Thru and Thru » extrait de « Voodoo Lounge tout comme cette ballade chaloupée aux cuivres reggae « You Don’t Have To Mean It » ou encore ce rutilant « Honky Tonk Women » et l’inoxydable « Brown Sugar » deux titres immortels. Ces 21 titres sont issus des 80 chansons que les Stones avaient sélectionnées lors de cette longue tournée provenant de toutes les époques de la glorieuse carrière du groupe.

Ce concert est disponible en coffrets 2CD, 2CD+Blu-ray et 2CD+DVD. Il existe également une édition vinyle 3LP de Live At The Wiltern. Le DVD contient le concert intégral du 4 novembre 2002. Un pur plaisir !


 

Lire aussi :

« Hackney Diamonds » , du pur Stones !

 Sympathy for the Devil- Comment et pourquoi un tel succès ?

« As Tears Go By », quand les Stones deviennent romantiques...

"Satisfaction", le hit né d'une insomnie de Keith Richards...





Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
" Live At The Wiltern "
The Rolling Stones
CD 19,99 euros / Vinyle 48,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)