Barcelone - Reportages

Josep Maria Flotats, diffuseur de culture des deux côtés des Pyrénées

Marie Torres - 12 juillet 2017
Josep Maria Flotats, le plus français des Catalans, et le plus catalan des Français, s’est vu remettre, le 27 juin dernier, le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université Autonome de Barcelone (UAB) pour les éminents services rendus, dans l’art du théâtre, d’un côté et de l’autre des Pyrénées.
Josep Maria Flotats (Pedro Moreno, UAB)

« Un hommage, une reconnaissance qui, à travers ma personne, touche le théâtre en général, tous ceux qui vivent - et vivent mal - de cette belle - et misérable - profession. » Et de remercier les maîtres qui l’ont formé, les directeurs qui l’ont dirigé, les comédiens avec qui il a partagé la scène ; ces comédiens qui, selon une étude récente, ne sont que 8 % - en Espagne - à pouvoir vivre de leur métier... C’est ainsi que, le 27 juin dernier, Josep Maria Flotats recevait le titre de docteur honoris causa de l’Université Autonome de Barcelone (UAB).

« pour sa contribution notable à l’art du théâtre, des deux côtés des Pyrénées.»

Une distinction qui le récompense tant pour ses qualités professionnelles que pour le choix des pièces jouées ou produites. Choix qui, comme le souligne Margarita Arboix, rectrice de la UAB, a été guidé par la force littéraire des oeuvres mais aussi pour les valeurs humanitaires universelles qu’elles présentaient et défendaient : tolérance et respect pour les différences et les minorités sociales ou politiques, (Une journée particulière d’Ettore Scola), dénonciation du totalitarisme (Staline, adaptation d’Une exécution ordinaire de Marc Dugain ), ou encore antisémitisme (Pour en finir avec la question juive de Jean-Claude Grumberg)...Un titre qui distingue, un grand diffuseur de culture « pour sa contribution notable à l’art du théâtre, des deux côtés des Pyrénées.» précise encore la rectrice.

Car, si José Maria Flotats est né à Barcelone, il a suivi sa formation de comédien à l’Ecole d'Art Dramatique de Strasbourg. Et c’est en France que son parcours s’est ensuite naturellement déroulé ; au hasard des rencontres et de la chance. De la chance ? Pas vraiment. Si le talent n’avait pas été là, les rencontres ne se seraient pas concrétisées en «rôles» ou en contrats. Avec Jean AnouilhJorge LavelliGeorges WilsonJean Mercure ou encore Jacques Toja qui le fit entrer à la Comédie-Française où il resta jusqu’en 1983.

il honore toujours ceux qui lui ont fait aimer le théâtre

Puis le comédien passe de nouveau les Pyrénées. Dans l’autre sens, cette fois-ci. Il devient Josep Maria Flotats en même temps que metteur en scène et fonde le Théâtre National de Catalogne (TNC) dont il devient le premier directeur. Et si son chemin continue, s’il se pose à Madrid, s’il joue des auteurs catalans comme Josep Lluis et Rodolf Sirera ou Josep Pla, ou encore l’éternel Don Quichotte de Miguel de Cervantès, il honore toujours ceux qui lui ont fait aimer le théâtre lorsqu’il apprenait la langue de Molière au Lycée Français de Barcelone : Alfred de Musset, Edmond Rostand ou Eugène de Labiche. Les classiques mais aussi les modernes, Louis Jouvet, Albert Camus, Yasmina Rezza, Raymond Cousse...Un beau parcours, loin d'être terminé...

A lire aussi

Hommage à Albert Camus (avec vidéo)

José-Maria Flotats honoré pour sa fidélité à la littérature française

La Verdad de Josep Maria Flotats 

« Un hommage, une reconnaissance qui, à travers ma personne, touche le théâtre en général, tous ceux qui vivent - et vivent mal - de cette belle - et misérable - profession. » Et de remercier les maîtres qui l’ont formé, les directeurs qui l’ont dirigé, les comédiens avec qui il a partagé la scène ; ces comédiens qui, selon une étude récente, ne sont que 8 % - en Espagne - à pouvoir vivre de leur métier... C’est ainsi que, le 27 juin dernier, Josep Maria Flotats recevait le titre de docteur honoris causa de lUniversité Autonome de Barcelone (UAB).

« pour sa contribution notable à l’art du théâtre, des deux côtés des Pyrénées.» 

Une distinction qui le récompense tant pour ses qualités professionnelles que pour le choix des pièces jouées ou produites. Choix qui, comme le souligne Margarita Arboix, rectrice de la UAB, a été guidé par la force littéraire des oeuvres mais aussi pour les valeurs humanitaires universelles qu’elles présentaient et défendaient : tolérance et respect pour les différences et les minorités sociales ou politiques, (Une journée particulière d’Ettore Scola), dénonciation du totalitarisme (Staline, adaptation d’Une exécution ordinaire de Marc Dugain ), ou encore antisémitisme (Pour en finir avec la question juive de Jean-Claude Grumberg)...Un titre qui distingue, un grand diffuseur de culture « pour sa contribution notable à l’art du théâtre, des deux côtés des Pyrénées.» précise encore la rectrice.

Car, si José Maria Flotats est né à Barcelone, il a suivi sa formation de comédien à lEcole d'Art Dramatique de Strasbourg. Et c’est en France que son parcours s’est ensuite naturellement déroulé; Au hasard des rencontres et de la chance. De la chance ? Pas vraiment. Si le talent, son talent, n’avait pas été là, les rencontres ne se seraient pas concrétisées en «rôles» ou en contrats. Avec Jean AnouilhJorge LavelliGeorges WilsonJean Mercure ou encore Jean-Pierre Miquel qui le fit entrer à la Comédie-Française où il resta jusqu’en 1983.

il honore toujours ceux qui lui ont fait aimer le théâtre

Puis le comédien passe de nouveau les Pyrénées. Dans l’autre sens, cette fois-ci. Il devient Josep Maria Flotats en même temps que metteur en scène et fonde le Théâtre National de Catalogne (TNC) dont il devient le premier directeur. Et si son chemin continue, s’il se pose à Madrid, s’il joue des auteurs catalans comme Josep Lluis et Rodolf Sirera ou Josep Pla, ou encore l’éternel Don Quichotte de Miguel de Cervantès, il honore toujours ceux qui lui ont fait aimer le théâtre lorsqu’il apprenait la langue de Molière au Lycée Français de Barcelone : Alfred de MussetEdmond Rostand ou Eugène de Labiche. Les classiques mais aussi les modernes, Louis JouvetAlbert CamusYasmina RezzaRaymond Cousse....

Quelle carrière ! penseront certains tandis que  d’autres, les plus jeunes se demanderont Mais quel âge a-t-il donc ? Son âge ? Il est là, inscrit dans ce proverbe « Quand on aime on a toujours 20 ans» Et Josep Maria Flotats aimera toujours le théâtre...

Marie Torres pour www.micmag.fr

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

El mundo del vintage

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)