Haïti (2e partie) - Reportage aux Caraïbes

2e partie - Arrivée à Port-au-Prince : le choc !

Hélios Molina accompagné de Arnaud Palacthi - Décembre 2017
2e partie - Le premier regard fait mal ! Nous nous y étions préparés (17e pays au PIB le plus pauvre du monde). Misère humaine, rues surpeuplées, ordures sur le bas côté. Pas un seul point attrayant. Dur, dur !!! Puis premières rencontres savoureuses et l'on oublie rapidement le chaos ambiant.

Photo -Ecole d'enfants dans un bâtiment pour marionnettes au centre de Port-au-Prince ©Hélios Molina

Arrivée à Port au Prince, la voiture de nos jeunes amis qui sont venus nous chercher dans le petit aéroport qui a pour nom légendaire Toussaint Louverture fonce vers le centre (le Champ de Mars).  Une ville qui aurait selon certaines statistiques anciennes 3 millions d’habitants. Une capitale qui a subi un tremblement de terre meurtrier en janvier 2010 (Plus de 300 000 morts, les principaux bâtiments de la ville se sont effondrés.)

Des voitures déglinguées foncent dans un nuage noir et poussiéreux ! 

Le premier regard fait mal ! Nous y étions préparé (17e pays au PIB le plus pauvre du monde). Misère humaine, rues surpeuplées, ordures sur le bas côté. Pas un seul point attrayant. Pas une rue qui mérite le détour. Rien, dur, dur !!! Des voitures déglinguées avancent tant bien que mal dans un nuage noir de pollution qui nous vient sur la gueule. Les Tap tap (transport en commun bon marché d'ici) camionnettes où s’entassent les citadins, prend ou laisse les clients à la demande. Et bien souvent des 4 x 4 de luxe au milieu de ce chaos se frayent un passage sans bruit. Quant aux motos ou mobylettes taxis à deux ou trois passagers plus les bagages foncent en zigzag sans casque dans ces nuages nauséabonds. L’on imagine être en Afrique, au Mali, au Sénégal, à Madagascar. Vendeurs à la sauvette près des caniveaux gèrent leur étal. Tous les petits métiers ont droit à un bout de voie publique. Tout est bon pour la survie. La musique fuse de tous côtés. Des rythmes de tambours mystérieux interpellent. Le fameux Kompa (voir détail plus bas) accompagne le plus souvent notre trajet avec des notes heureuses au milieu de ce brouhaha de confusion. Autre constatation : tous les 100 mètres une église avec des adeptes au chant ou à la prêche. Des églises de différentes religions en pleine effervescence le dimanche. 

Le relief de la ville est lui séduisant. Collines, montagnes, montées-descentes permanentes dans des rues sinueuses et  encombrées, saturées, avec parfois vue sur le port et la mer. Sur le chemin, écoliers en uniformes de couleur et tenues irréprochables circulent en petit groupe, Des uniformes aux couleurs différentes selon les écoles qui donnent un ton d’ancienne colonie britannique au désordre ambiant. Des jeunes filles aux rubans dans les cheveux égayent l’aspect ville déglingue !

Les haïtiens sont informés de tout ce qui se passe dans le monde

Mais face à ce premier choc règne en maître le sourire magnifique des haïtiens, la beauté de leurs palabres, une poésie naturelle dans un français provenant parfois de la littérature du XIXe. Puis s’ensuit une volonté de partager des idées, une générosité de la rencontre avec l’inconnu. Que fait ce blanc qui n’est pas là pour raison humanitaire ? Bienvenu nous dit t-on de tous côté. Puis enfin dans les rues crasseuses un bar restaurant, un refuge d’artistes dans le centre ville. Des vigiles à l’entrée nous passent un détecteur de métal. Le centre ville depuis le tremblement de terre n’est plus le centre d'animation. C’est Pétion ville sur les hauteurs (7km du centre)  qui a vu éclore les belles demeures, les commerces à l’occidentale et autres espaces de consommation. Dans ce lieu du centre, les premières rencontres sont savoureuses, le jus de grenadia  tout aussi. Un dj se met en place pour la soirée. Les discours, le breuvage des mots, entrent dans une poétique naturelle. Les haïtiens sont informés de tout ce qui se passe dans le monde et analysent la situation avec délectation. Le débat sur la corruption dans le pays est sur toutes les ondes. Tout haïtien sait combien sont vénaux les hommes au pouvoir et ils ne se privent pas de commentaires sarcastiques. Leur curiosité est telle qu’ils veulent savoir ce qui se passe en Catalogne. Pourquoi les Catalans comme eux (dans le passé) n’auraient-ils pas droit à l’indépendance ? « Mais bien sûr qu’ils y parviendront ! »

IL y a dans leur main en permanence un téléphone et des infos qui circulent. Et de toute part fuse une musique à décibels impressionnants sur le rythme du Kompa. C’est le nom de ce méringué plus lent ou mesuré qui est fait pour la danse. Une danse très collé-serré où le saxophone, le trombone, la trompette se mêlent au créole savoureux poly-rythmé. Car le Kompa n’est qu’une des composantes de cette musique dans ce pays. Et nous sommes là pour les savourer avec délectation. Sans tarder, l’on nous cite un rappeur très respecté ici et ailleurs qui a pour nom BIC. Auteur compositeur talentueux, ancien prof d'anglais ce poète hors norme mêle créole & interrogations de la société haïtienne avec un amour intarissable pour sa terre. Puis d'autres noms fusent, des écrivains très nombreux, peintres, cinéastes, slameurs, sculptpeurs : Rachèle Magloire, Béo, Jean Hérard Celeur, Fred Brutus, Jacques Adler Jean-Pierre, Josué AzorAndré Eugène, Raoul Peck, Gary Vicor,  Franketienneetc. 

Mais la journée à été longue et demain nous allons à la rencontre des artistes récupérateurs sur Grand rue.  Et ensuite de nombreux autres personnages dans divers domaines. Suivez notre périple. La topographie de la ville nous est encore d'un grand mystère. Où est notre hôtel ? La nuit tombe et les rues sont noires, coupure d'électricité dans tout le quartier et une grande partie de la capitale. 

Hélios Molina pour www.micmag.net 2017

A lire aussi nos autres reportages su Haïti:

Rachèle Magloire, documentariste engagée 

Reginald Sénatus, jeune artiste résistant qui ne mâche pas se mots ! 

Périple au coeur de la première république noire

En Haïti la poésie est un art vivant

Série de portraits  : Josué Azor le photographe de l'underground gay de Port-au-Prince

Et bien d'autres à venir

Ce reportage s’est construit grâce à l’aide et les conseils de Philippe Bourgain d’Air Caraïbes – Olivier Beytout (photographe Paris) – Corentin Fohlen (grand reporter photographe Paris) – Dany Laferrière (académie française, écrivain) – Valérie Duponchelle journaliste au Figaro- Manu Bayle (Brésil)-Michel Joseph (journaliste radio Port au Prince) Michel Chancy (vétérinaire Haïti)- André Eugène (artiste Port au Prince) – Pascale Monin (galeriste Haïti)  Patrick Delatour (ancien ministre Haïti) Madjolah Pierre (journaliste Port au Prince) Cécile Berut (chef de projets Port au Prince) – Sénatus Reginald (artiste Port au Prince)- Théline Cornéus à Saint Marc (Haïti) -Johny Iris de Miragoâne  - Gracieuse Paget-Blanc psychologue à Paris - (Haïti) -Aimable &Yanick Lamar à Paris.


1
2
3
4
5
6
  • ©Hélios Molina
  • ©Hélios Molina
  • Reginald Senatus "Atis Resistant"©Hélios Molina
  • Rachèle Magloire documentariste ©Hélios Molina
  • Jean Herard Celeur sculpteur atypique de Port au Prince©Hélios Molina
  • Josué Azor photographe de la nuit gay ©Hélios Molina

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 2 mars 2019, l'artiste du street art, Bordalo II, expose ses sculptures géantes dans un espace brut de 700 m, dans le 13e arrondissement de Paris, pour dénoncer les ravages de notre société de consommation sur la nature. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.
 
Brésil

Plus de 4000 professionnels du livre ont signé une pétition en ligne, pour soutenir la candidature de Fernando Haddad (Parti des travailleurs) à la présidence et alerter sur les dérives de son opposant Jair Bolsonaro.

votre publicité

Bannière