25-09-2017 17:07:35

La belle vitalité de la littérature espagnole contemporaine

Ce n’est qu’au milieu des années 70, après le régime franquiste, que la littérature espagnole retrouve son souffle. Comment se porte-t-elle, aujourd’hui ? Quels sont ses auteurs emblématiques ? Philippe Merlo-Morat, professeur à l’université Lumière Lyon 2 et Jean-Marie St-Lu, traducteur, nous éclairent.


           La guerre civile et le régime franquiste affectent profondément la vie culturelle espagnole et particulièrement la littérature. Rafael Alberti, Juan Rámon Jiménez ou Pedro Salinas comme de nombreux autres artistes s’exilent. Federico Garcia Lorca est assassiné. Ceux qui restent ? « En littérature, les artistes vivent une période de réflexion existentielle : de nombreuses questions sont posées face aux malheurs que vit l’Espagne et une vision pessimiste de la réalité domine à travers des thèmes comme l’angoisse, la peur, la solitude, la mort, le désespoir, la cruauté » nous dit Philippe Merlo- Morat dans son ouvrage Littérature espagnole contemporaine(PUF).

Il faut attendre la mort de Franco, en 1975, pour voir souffler un vent de liberté sur la création. La littérature, peut-être parce qu’elle a été la plus malmenée, explose. Se diversifie. Les maisons d’éditions se multiplient. Le marché du livre s’ouvre…

Quarante ans plus tard, comment se porte la littérature espagnole ? Quelles sont ses spécificités ? Quels sont ses auteurs emblématiques ? Micmag.net a creusé la question et a trouvé des réponses auprès, de Philippe Merlo-Morat, professeur à l’université Lumière Lyon 2, mais aussi de Jean-Marie St-Lu, traducteur.

Philippe Merlo-Morat : « Quand je dis « roman espagnol contemporain », je le date à partir de 1975, après la mort de Franco », lire l’article

Jean-Marie St-Lu : « J’ai pratiquement traduit toute l’oeuvre de Juan Marsé, hors mis ses tout premiers romans. », lire l’article

Et pour en savoir plus, lire aussi :

Carlos Ruiz Zafón : « Mes romans peuvent se lire comme une lettre d’amour à la littérature »
Depuis la publication, en 2001, de L’Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafón est l’auteur espagnol vivant le plus lu au monde. Aujourd’hui, il confie à Micmag son amour de la littérature et de sa ville natale, Barcelone.

Rosa Montero : « Même dans des sociétés industrielles comme la nôtre il existe toujours du sexisme »
Honorée par de nombreux prix littéraires, Rosa Montero est une journaliste et une romancière aimée et respectée dans son pays, l’Espagne. Aujourd’hui, elle répond aux questions de Micmag.net, après la parution de son ouvrage « L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir », édité chez Métaillé.

Víctor del Árbol : " L'existence est un acte de rébellion"
L’écrivain espagnol Víctor del Árbol est l' auteur de "La Tristesse du Samouraï", qui lui a valu le prix du Polar européen 2012 du Point. Il vient de publier "La maison des chagrins", qu'il qualifie de roman de "survivants". Rencontre.

Et pour vos lectures

Cette putain distinquée de Juan Marsé

Deux hommes de bien, Arturo Pérez-Reverte, Seuil 2017

Toutes les vagues de l’océan de Victor del Árbol, Actes Sud, 2015

Tout ce qui fait BOUM de Kiko Amat, Asphaltes, 2015

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir de Rosa Montero, Métaillé, 2015

La chasseuse d’astres de Zoé Valdès, JC Lattès 2014

La maison des chagrins de Victor del Arbol, Actes Sud, 2013

Exercices de survie de Jorge Semprun, Gallimard, 2012

Le prisonnier du ciel de Carlos Ruiz Zafon, Robert Laffont, 2012

Le goût de du mezcal de Miguel Sandin, JC Lattès 2013

Calligraphie des rêves de Juan Marsé, Christian Bourgeois, 2012

La vie de nos morts de Francisco Gonzalez Ledesma, Rivages 2011





 

Eventos

El mundo del vintage

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Salir en Paris (Pincha en el título)

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Ultima hora

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

El disco de la semana

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net